Articles Tagués ‘Solitude’


Couverture Les heures souterraines

 

Auteur : Delphine de Vigan
Titre :  Les heures souterraines
ISBN : 9782709635851
186 pages – Format numerique EPUB – Edition J.C Lattes

 

Résultat de recherche d'images pour "Delphine de Vigan"

Née à Boulogne Billancourt le 01/03/1966, Delphine de Vigan est une romancière française.
Son premier roman, « Jours sans faim » est paru en 2001 aux éditions Grasset sous le pseudonyme de Lou Delvig.

En 2007, « No et moi » reçoit le Prix des Libraires. Ce « roman moral » à succès sur une adolescente surdouée qui vient en aide à une jeune SDF a été récompensé par le prix du Rotary International 2009 et par le Prix des libraires 2009. Il a été traduit en vingt langues et une adaptation au cinéma a été réalisée par Zabou Breitman, film sorti en novembre 2010.

 

J’ai lu ce livre dans le cadre du Challenge Pumpkin Autumn ChallengeCatégorie Automne douceur de vivre

 

 

4eme de couverture

Mathilde, après la mort de son mari il y a dix ans, a recommencé à vivre normalement avec ses trois enfants grâce à Jacques Pelletier, le patron de l’entreprise qui l’a embauchée 8 ans auparavant, lui donnant un but dans la vie, une raison de se lever le matin. Sans raison, un jour, Jacques se met à la haïr, faisant tout son possible pour lui nuire ; allant même jusqu’à inventer qu’elle l’insulte.
Thibault, un médecin travaillant à domicile, se résout finalement à quitter Lila, sa petite amie qu’il aime passionnément, ce qui n’est pas réciproque lui semble-t-il. Perdu sans elle, il continue machinalement sa vie tel un automate denué de but.

 

Résumé

 
Mathilde, a dû remonter la pente, après avoir affrontée la mort de son mari. Elle est mere de trois enfants.
C’est grace à la personne qui l’a embauché, 8 ans auparavant, Jacques pelletier, qu’elle retrouve un but dans sa vie.
Un jour, sans qu’elle pourtant pas changer sa façon de travailler, qu’elle n’ai manqué de respect, ni à ses colleges, ni à lui-meme, il se met à lui rendre la vie impossible.

Alors qu’au bout de 8 ans de bon et loyaux services, elle était devenue le bras droit de Jacques Pelletier, elle se voit désormais attribuée un bureau vide, dont une des cloisons se trouve être, celle des toilettes. Elle va donc avoir droit à tous les bruits qui en découlent. C’est à ce moment-la qu’elle va comprendre que le bureau qui était le sien, à été réaffectée à une ex-stagiaire. Du jour au lendemain, elle se retrouve avec un bureau, mais sans aucune activité, plus aucun dossiers à traiter, ses anciens collègues ne lui parlent plus. Elle se retrouve « au placard ».

 

Mon avis

La lecture de ce livre, à été pour moi une occasion de découvrir une nouvelle auteure. Bien sur, j’en avais entendu parler et pas qu’un peu. Notamment le ivre qui me reste en mémoire et que bien sur je n’ai pas encore lu est « D’après une histoire vraie« .
Aussi, pour ceux qui comme moi, n’avait pas encore découvert la plume de l’auteure, je vous invite a sauter le pas.
Petite anecdote pour finir, j’ai lu ce livre en l’espace de 24 heures.
 
 
 
 
 

Publicités

Satan était un ange

Auteur : Karine Giebel
Titre : Satan était un ange
ISBN: 9782265098398
334 pages – Edition Fleuve noir

Emprunt de la bibliothèque

 

4eme de couverture : 

Tu sais Paul, Satan était un ange… Et il le redeviendra. Rouler, droit devant. Doubler ceux qui ont le temps. Ne pas les regarder. Mettre la musique à fond pour ne plus entendre. Tic tac… Bientôt, tu seras mort. Hier encore, François était quelqu’un. Un homme qu’on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd’hui, il n’est plus qu’un fugitif qui tente d’échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu’il aille. Quoi qu’il fasse. La mort est certaine. L’issue, forcément fatale. Ce n’est plus qu’une question de temps. Il vient à peine de le comprendre. Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance. Il paye le prix de ses fautes. Ne pas pleurer. Ne pas perdre de temps. Accélérer. L’échéance approche. Je vais mourir. Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer et qui pourtant fuient ensemble leurs destins différents. Rouler droit devant, admirer la mer. Faire ce qu’ils n’ont jamais fait. Vivre des choses insensées. Vivre surtout… Car après tout, pourquoi tenter sans cesse de trouver des explications ?

 

 

Mon résumé

François avait une situation stable, plus que correcte, une femme qui l’aime. Vous allez me dire, bah alors tout roule. Ou est le problème. Il y a que François est malade, même très malade. Son médecin lui apprend qui à une tumeur au cerveau et qu’il li reste que peu de temps à vivre. Il décide donc de prendre le large afin de faire le point. Alors qu’il s’apprête a prendre l’autoroute, il découvre un auto-stoppeur au bord de la route, Paul.

Deux hommes que tout oppose, chacun, la mort aux trousses.
Rencontre improbable sur la route, entre un avocat et une petite frappe, et la fuite, alors que chacun ignore ce que l’autre fuit.
Un voyage initiatique, où chacun va se découvrir soi-même et retrouver l’empathie, l’affection, la tendresse, avec un regard neuf sur sa vie passée. Des morts, du sang, des larmes.

François, on comprend sa souffrance, son choix démesuré, son envie de rédemption.
Paul, un petit jeune plein de charme mais au regard brisé.

Au fil des pages on a qu’une envie : Se mettre du coté de François, fuir et jeter cet homme  qui décidément il connais bien mal, mais bien malgré lui il se fait avoir encore et encore.

 

Mon avis

Ça ne sera pas un secret, c’est du Karine Giebel et bien évidemment une fois de plus le livre n’a pas fait long feu. Lu en a peine 24 heures. Comme pour un apéro, on à l’impression que le verre à un trou.

Vous l’aurez compris, c’est un livre à lire absolument


legende

 

Auteur : Richard Matheson
Titre : Je suis une legende
ISBN :9782070418077
228 pages (papier)

 

mathesonRichard Burton Matheson, né le 20 février 1926 à Allendale ,New Jersey et mort le 23 juin 2013 (à 87 ans) à Calabasas en Californie, est un écrivain et scénariste américain. Ses genres de prédilection sont la science-fiction et l’épouvante.

Je suis une legende publié la premiere fois en version originale sous le titre I Am Legend en 1954, a vue le jour en france des 1971.

 

 

4eme de couverture :

Robert Neville1 est le dernier survivant d’une pandémie, contre laquelle il est immunisé, à la suite d’une morsure de chauve-souris. Cette épidémie est causée par un bacille qui transforma les gens en êtres décharnés et cannibales, trop sensibles aux UV pour survivre à la lumière du soleil. Neville tient tête, depuis trois ans, à cette nouvelle espèce parmi laquelle se trouvent ses anciens amis et voisins devenus des vampires nocturnes et sauvages. Il vit dans une maison barricadée, fortifiée contre les attaques nocturnes, ne sort que pendant la journée pour partir à la recherche de produits de première nécessité, puis se retire chez lui à la tombée de la nuit pour survivre. Neville rêve souvent de la mort de sa femme et de sa fille. Il se réveille ainsi, chaque matin, dans un climat d’horreur, étouffé par la solitude et les remords.

En lisant ce roman, j’ai ressenti un peu de tristesse pour le héros. Il découvre un jour un chien qu’il souhaite amadouer pour avoir un peu de compagnie mais celui-ci semble avoir peur de lui et il finis par se démoraliser de trouver quelqu’un a qui parler.

Son appel est vite entendu quand il découvre une femme mais va déchanter quand celle-ci va partir en lui avouant être aussi infectée.

 

Mon avis: 

tres bon livre qui se lis bien et je l’ai trouvé touchant, poignant. A recommander