Articles Tagués ‘romans policiers et polars’


Résultat de recherche d'images pour "sandrine collette"

Auteur : Sandrine Collette
Titre : Juste après la vague
ISBN: 9791091211673
Format numerique – EPUB

 

Résultat de recherche d'images

Né(e) à : Paris , 1970
Sandrine Collette passe un bac littéraire puis un master en philosophie et un doctorat en science politique.
Elle devient chargée de cours à l’Université de Nanterre, travaille à mi-temps comme consultante dans un bureau de conseil en ressources humaines et restaure des maisons en Champagne puis dans le Morvan.
Elle décide de composer une fiction et adresse son manuscrit aux éditions Denoël. Il s’agit « Des nœuds d’acier », publié en 2013. Son premier roman rencontre un vif succès critique et public avec 20 000 exemplaires vendus. Il obtient le Grand Prix de littérature policière ainsi que le Prix littéraire des lycéens et apprentis de Bourgogne.

 

 

 

4eme de couverture

Une petite barque, seule sur l’océan en furie.
Trois enfants isolés sur une île mangée par les flots.
Un combat inouï pour la survie d’une famille.

Il y a six jours, un volcan s’est effondré dans l’océan, soulevant une vague titanesque, et le monde a disparu autour de Louie, de ses parents et de ses huit frères et sœurs.
Leur maison, perchée sur un sommet, a tenu bon. Alentour, à perte de vue, il n’y a plus qu’une étendue d’eau argentée. Une eau secouée de tempêtes violentes, comme des soubresauts de rage.
Depuis six jours, ils espèrent voir arriver des secours, car la nourriture se raréfie. Seuls des débris et des corps gonflés approchent de leur île.
Et l’eau recommence à monter.Les parents comprennent qu’il faut partir vers les hautes terres, là où ils trouveront de l’aide. Mais sur leur barque, il n’y a pas de place pour tous. Il va falloir choisir entre les enfants.

 

Mon avis

Un volcan qui s’effondre dans l’océan.
Un énorme raz de marée ravageur, meurtrier, qui fait tout disparaître autour de Madie, Pata et leurs 9 enfants.
Un monde post-apocalyptique, à perte de vue.
La décision de partir et trouver refuge vers des terres plus hautes pour leur survie.
On suit le parcours d’une famille dont les parents sont contrains d’abandonner 3 de leurs enfants afin d’espérer trouver refuge sur une terre plus en hauteur. Ils partent en barque, et malheureusement celle-ci ne permet d’accueillir que 8 de leurs enfants. On va donc suivre la destiné de ces 3 enfants livrés à eux-même, qui vont tant bien que mal survivre avec le peu de nourriture que leur parents ont malgré tout reussit à leur laisser.
Au bout de quelques jours, la nourriture commence à se faire rare et ils sont contraint de réfléchir à une manière de s’en sortir et commencent à s’organiser et vont devoir suivre leur parents.
Un livre assez émouvant et triste à la fois.

 

Publicités

Couverture La fille sous la glace

Auteur : Robert Bryndza
Titre : La fille sous la glace
ISBN: 978-2-7144-7885-6
Format numerique – EPUB

 

Résultat de recherche d'images

D’origine slovaque, Robert Bryndza a été comédien pendant sept ans avant de se lancer dans l’écriture.
Auteur de comédie romantique, « The Not So Secret Emails Of Coco Pinchard » (2012) est son premier livre.
« La fille sous la glace » (The Girl in the Ice, 2016) est son premier polar. Traduit en 26 langues, il a séduit plus d’un million et demi de lecteurs en Angleterre et dans le monde.
Il a vécu aux États-Unis et au Canada avant de s’installer en Slovaquie avec son époux slovaque, Jan.

 

 

4eme de couverture

La glace a immortalisé sa jeunesse, sa beauté… et son mystère : qui était vraiment Andrea ? Victime ou manipulatrice ?
Encore marquée par la mort en service de son mari, l’inspectrice en chef Erika Foster découvre son nouveau poste dans un commissariat de Londres. Premier jour, première affaire et non des moindres : le corps d’Andrea Douglas-Brown, fille d’un riche industriel, a été retrouvé dans le lac gelé du Horniman Museum de Forest Hill. Que faisait la jeune femme mondaine dans ce quartier mal famé ?
Effondrée par la disparition d’Andrea, sa famille semble pourtant redouter ce que l’enquête pourrait dévoiler d’eux. Hasard ? Vengeance ? Crime passionnel ? Pour faire éclater la vérité, Erika Foster devra faire la lumière entre règne des apparences et sombres secrets.
Mon resumé : 
Erika est d’origine slovaque, Une femme flic qui a beaucoup de mal a se remettre de graves troubles. Elle à perdu son mari Mark, alors qu’ils étaient en embuscade pour arrêter un trafiquant. elle à fait un burn-out pendant de long mois, et est désormais réintégrée. On lui demande de s’occuper d’un affaire où une femme disparue est retrouvée assassinée. Pourquoi devrait-elle s’occuper de cette affaire alors qu’il y a bien d’autres DCI tout aussi capable qu’elle ? Justement care c’est une enquêtrice hors pair mais aussi que ses origines slovaque vont pouvoir mettre en confiance, la mère de la victime, qui vient du même pays.
Erika n’en crut pas ses oreilles.
– Me protéger ?
– Comme si vous ne saviez pas comment ça marche !
L’Establishment gagne toujours. Nous l’avons vu tous les deux. Vous manquez de preuves irréfutables. Alors s’il vous plaît, quittez la partie, sauvez votre carrière. Parfois, il faut accepter de lâcher prise.
– Navrée, monsieur, c’est non. Trop facile. Cinq femmes sont mortes et leurs assassins s’en tireraient pour la seule raison qu’ils appartiennent à l’Establishment ? Et pour quoi ? Pour qu’ils puissent se faire encore plus de fric ?

– Mon boulot m’a déjà tout enlevé ou presque. Mark. Une vie que j’aimais, dans le Nord, entourée d’amis.
Erika Foster doit enquêter sur le meurtre d’une fille de bonne famille , Andréa –
Très rapidement , on lui met des bâtons dans les roues . Enquêter autour d’une famille de la haute société , c’est s’exposer aux pressions … mais Erika est une obstinée ; elle poursuit son enquête envers et contre tous .
Marsh, Son supérieur hiérarchique, qui lui aussi subit des pressions, ….. de la part du père de Andréa, mais aussi de son propre supérieur, n’a d’autres choix que d’écarter Erika de l’enquête d’abord, puis l’écarter tout court, de la brigade.
Erika, n’a pas dit son dernier mot et compte bien mener l’enquête de son coté, et tant pis, si cela doit se faire hors du cadre professionnel.
Mon avis
Un très bon livre. JE l’ai lu en 2 jours. Difficile de le lâcher tellement on est prix dans l’action. Personnellement j’ai parfois eu de la peine pour ce que vivait erika. On a envie d’être son ami et de la soutenir dans les actions qu’elle mène. Mais, le principal, on veux savoir qui à bien pu faire ça à Andréa et pourquoi ! JE dois avouer que à un moment j’ai bien cru détenir le coupable, et puis finalement…non !!! C’est la tout l’art du roman policier / Thriller 😉

37885980

Auteur : James Patterson & Marshall Karp
Titre : Lettres de sang
ISBN: 978-2-8098-2355-4
663 pages – Edition L’archipel

 

Il s’agit d’un service presse et je remercie les éditions L’archipel pour la confiance qu’ils ont bien voulu m’accorder

 

 

Description de cette image, également commentée ci-après

 

James Patterson, né le 22 mars 1947 à Newburgh dans l’État de New York, est un écrivain américain.
Le personnage principal de ses romans est l’inspecteur Alex Cross, dont le rôle fut interprété par Morgan Freeman dans les adaptations cinématographiques Le Collectionneur (Kiss the Girls) et Le Masque de l’araignée (Along Came a Spider). Tyler Perry reprend le rôle en 2012 dans le film Alex Cross.

Lindsay Boxer est son second personnage principal. Elle est l’héroïne des romans la mettant en scène avec son groupe, « Le Murder Club », où elle est avec trois de ses amies ; Jill, Cindy et Claire. Cette série de romans est adaptée dans la série télévisée Women’s Murder Club.

James Patterson vit à Palm Beach, en Floride.

 

 

4eme de couverture

Hunter Alden Jr., businessman milliardaire, a tout pour lui : une femme sexy, un fils de huit ans qu’il adore, et une fortune qui ne cesse de croître. Mais cette vie parfaite vole en éclats lors d’une nuit d’horreur, quand il découvre la tête décapitée de son chauffeur enroulée dans un sac sur lequel sont inscrites, en lettres de sang, HHA III. Hubert Hutchinson Alden, IIIe du nom : les initiales de son fils. Lorsque celui-ci est enlevé, même la fortune du plus grand milliardaire du pays ne semble pas à même de satisfaire ce ravisseur aux exigences… si particulières. À New York, seul le NYPD Red, cellule qui protège les rich and famous, peut résoudre l’affaire. Mais le détective Zach Jordan et sa partenaire (et ex-petite amie) Kylie MacDonald sont loin de se douter de ce qui les attend. Bientôt, Zach et Kylie découvrent que, plus ils s’approchent de la vérité, plus leurs propres vies sont menacées. Et si tout cela n’était qu’un piège visant à les supprimer ?

 

 

Mon résumé :

Hunter Alden est richissime homme d’affaire, a qui tout sourit. Lorsque son fils tombe en panne, c’est tout naturellement qu’il missionne son chauffeur pour aller le chercher. Cependant celui-ci tarde a se manifester. Il commence par lui envoyer un texto puis un autre mais son chauffeur persiste a garder le silence.
Une limousine est finalement retrouvée abandonné avec….une tete emballée dans un sac, avec pour unique mention écrites en lettres de sang HHA III.  Les inspecteurs Kylie et Zach sont rapidement missionnées par Cates pour s’occuper de cette affaire qui s’annoncer bien difficile.

Comme si, ce n’était pas suffisant pour les inspecteurs, le fils Alden, reste introuvable. Ce qui ne semble guère préoccuper Hubert Alden. Celui-ci, plutôt que de s’occuper du sort de son fils, prefere plutôt s’occuper de celui qu’il va réserver à sa bouteille de whisky.

Hubert Alden ne cherchant qu’a mettre des bâtons dans les roues dans le bon déroulement de l’enquête, les inspecteurs vont se tourner vers le maire, nouvellement élu, qui saurait peut-être faire pencher la balance auprès de Hunter Alden.

Mais après tout, et si tout cela n’était qu’une mascarade ? Ou se cache le fils Alden ? Si il a été enlevé pourquoi personne ne semble demander de rançon ?

 

Mon avis

Croyez moi si vous le voulez, mais pour ma part je dirais que ce roman est très très addictif. Une fois commencé on a du mal a s’arrêter ! Pour preuve, je l’ai lu en à peine 2 jours, là où en temps normal j’aurais plutôt mit entre 3 à  jours. L’intrigue est très bien ficelée et les auteurs ont réussi leur coup en semant des indices pour détourner l’attention et finalement on se faire avoir sans s’en rendre compte.

 


Couverture Genesis

 

Auteur : Karin Slaughter
Titre : Génésis
ISBN: 978-2-253-16888-1
663 pages – Edition le livre de poche

Karin Slaughter

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Géorgie , le 06/01/1971

Biographie :

N°1 sur les listes internationales de best-sellers, Karin Slaughter est l’un des auteurs les plus populaires et les plus plébiscités dans le monde. Publiée en 33 langues et vendue à plus de 30 millions d’exemplaires, elle est l’auteur de 15 romans, parmi lesquels figurent les séries « Grant County » et « Will Trent », « Blonde Hair, Blue Eyes » ainsi que le roman « Cop Town », qui a été nominé pour l’Edgar Award.

 

 

4eme de couverture

Quelqu’un l’a torturée… torturée longuement… Ancien médecin légiste, Sara Linton travaille depuis trois ans dans un grand hôpital, à Atlanta, où elle tente de se reconstruire. Quand arrive aux urgences une femme très grièvement blessée, elle se retrouve plongée dans le monde de la violence et de la terreur. L’inspecteur Will Trent du Georgia Bureau of Investigation et sa coéquipière Faith Mitchell comprennent rapidement que la patiente de Sara est la première victime d’un tueur sadique, d’un esprit dérangé. Pour mettre fin à cette abominable série de meurtres, seuls eux trois – avec leurs blessures et leurs secrets – seront en mesure d’analyser le cerveau d’un tel détraqué et de retrouver sa trace.

 

Mon résumé

Sara Linton, s’est installée depuis trois ans à Atlanta pour essayer d’oublier les moments atroces et très pénibles qu’elle vient de vivre. Médecin dans un grand hôpital de la ville, elle reconstruit peu à peu sa vie. Quand arrive aux urgences une femme très grièvement blessée, elle se retrouve plongée dans le monde de la violence et de la terreur.

L’inspecteur Will Trent du Georgia Bureau of Investigation, qui se trouve par hasard sur les lieux, va découvrir que la patiente de Sara est la première victime connue d’un tueur sadique, d’un esprit dérangé qui torture ses victimes. Retirant l’affaire à la police locale, Will et sa co-équipière Faith Mitchell vont traquer le tueur.

Pour mettre fin à cette abominable série de meurtres, seuls eux trois – avec leurs blessures et leurs secrets – seront en mesure d’analyser le cerveau d’un tel détraqué et de retrouver sa trace.

 

Mon avis

Le livre reste assez lent a démarrer. Pres de 200 pages avant qu’on commence un peu a en apprendre un peu plus sur les personnages principaux, plus presque autant avant que je sente un réel plaisir dans la lecture. Sara Linton veuve depuis trois ans ne se remet pas de la mort de son mari ancien policier. Une autre jeune femme disparaît et tous les ingrédients d’un thriller sont réunis. Le roman est parsemé de passages torride et de grandes scenes de violence, ce qui n’est pas pour me déplaire et ce sont ces petits ingrédients qui ont fait que j’ai poursuivis le livre jusqu’au dénouement final.


Auteur : Niko Tackian
Titre : Fantazmë
ISBN: 9782702162804
Format ACSM  ( ebook protegé) – Edition Calmann Levy

 

Merci à NetGalley et Calmann Levy pour ce Service Presse

 

4eme de couverture :

Une nouvelle enquête du commandant Tomar Khan.
Comment être un bon flic quand les victimes sont aussi des bourreaux ?

Janvier 2017. Dans une cave du 18e arrondissement de Paris, un homme est retrouvé, battu à mort. Sur place, beaucoup d’empreintes et un ADN ne correspondant à rien dans les fichiers de police. Le commandant Tomar Khan pense à un règlement de compte. Le genre d’enquête qui restera en suspens des années, se dit-il.

Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer albanais, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt la rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable, un  Fantazmë, le « spectre » en albanais.

Tomar et son équipe se lancent dans l’enquête et seront très vite troublés par le parcours des victimes, qui de leur vivant cultivaient carrément le sordide. Pourtant Tomar s’accroche à son devoir de flic, d’autant plus que son avenir lui semble menacé : un lieutenant teigneux de l’IGPN, la police des polices, a convoqué son adjointe, Rhonda, pour l’interroger sur un couteau, une pièce à conviction dans une affaire de meurtre mystérieusement disparue des Archives. Or, ce couteau, c’est celui de Tomar, et si on remonte jusqu’à lui…

 

Mon résumé

On retrouve tous les membres de la brigade du groupe de Tomar Khan avec qui on avait fait connaissance dans Toxique, pour une nouvelle enquête qui va nous mener vers la mafia albanaise, le destin des immigrés ou encore la prostitution forcée des filles de l’Est.

Comme si c’etait pas assez suffisant pour Tomar et son équipe, un enquêteur de l’IGS enquête sur une affaire reliée à Khan et qui pourrait changer irrémédiablement l’avenir du policier, une relation familiale loyale et très forte entre Tomar et sa mère et les démons intérieurs de plus en plus présents de notre héros.

Non content, de devoir mettre des bâtons dans les roues du commissaire Tomar, cet inspecteur de l’IGS va a convoqué son adjointe, Rhonda, pour l’interroger sur un couteau, une pièce à conviction dans une affaire de meurtre mystérieusement disparue des Archives. Or, ce couteau, c’est celui de Tomar, et si on remonte jusqu’à lui…

Plus tard le commissaire va se rendre compte que son état de santé devient plus que préoccupant, et va finir par se décider à écouter les conseils de son entourage et consulter un médecin. Va-t-il pouvoir continuer ce metier ? Et si c’était la le signe qu’il fallait qu’il arrête ?

 

 

Mon avis

Comme bien souvent dans ce style d’histoire policière, il y a toujours des passages qui m’échappe ou du moins ou je perds un peu le fil. Cela me m’empêche pas de prendre énormément de plaisir dans ma lecture et je parviens toujours à rattraper l’histoire en plein vol. La fin de l’histoire me fait me poser plusieurs questions. Est-ce que Niko Tackian ne chercherait pas a nous faire comprendre que c’est la fin pour le Commissaire Tomar ? Peut-être est-ce a chaque de se faire sa propre opinion après tout.


Black-Out - Demain il sera trop tard par Elsberg

Auteur : Marc Elsberg
Titre : Black Out
ISBN: 978-2253-098690
534 pages – Edition Le livre de poche

 

Marc Elsberg

 

Nationalité : Autriche
Né(e) à : Vienne , le 03/01/1967

Biographie : Écrivain autrichien
Il a fait ses débuts littéraires en 2000, sous son vrai nom Marcus Rafelsberger, avec un roman satirique « Saubermann ».
En 2012, il publie le thriller « Blackout – Demain il sera trop tard ».

 

 

4eme de couverture

Et si le monde que nous connaissons, dépendant de l’électricité, était sur le point de disparaître ? Thriller européen brillamment mené, Black-out plonge le lecteur dans une réalité qui pourrait être demain la nôtre.

Par une froide soirée d’hiver, les lumières de Milan s’éteignent. Puis c’est au tour de la Suède, de l’Allemagne, de la France… : partout en Europe, le réseau électrique est en train de lâcher. Manzano, ex-hacker italien, croit savoir qui est responsable et cherche désespérément à en informer les autorités. Un flic français d’Europol, Bollard, se décide enfin à l’écouter, mais piégé par des d’e-mails compromettants, Manzano devient le suspect n° 1. Face à un adversaire aussi rusé qu’invisible, alors que l’Europe s’enfonce dans l’obscurité et que plusieurs centrales nucléaires menacent la vie de millions d’êtres humains, commence pour Manzano une véritable course contre la montre.

 

 

Mon résumé

Ce livre repose sur une crainte qui a été mise à jour le 4 Novembre 2006 lorsque 15 Millions d’Européens se sont retrouvés sans électricité.

 

Un blackout touche l’Europe, la resynchronisation du réseau se révèle impossible. Les premières conséquences se font sentir très rapidement, premiers accidentés urbains de la route faute de feux de circulation en pleine hiver et en pleine nuit. Premiers otages du système, les automobilistes ne pouvant refaire le plein de carburant faute de courant pour alimenter les pompes, et le réseau mobile out ou saturé qui empêche de prévenir les secours …

Informaticien et ex-hacker, Piero comprend très vite que la situation dérape et qu’il s’agit d’une catastrophe à l’ampleur inédite.
Shannon, une journaliste de CNN, ne tarde pas elle aussi à comprendre qu’il ne s’agit pas d’une simple panne de réseau, mais que le système lui même vient de montrer ses failles. Ensemble, ils vont essayer d’alerter les autorités sur la gravité de la situation et tenter de comprendre qui se cache derrière cette attaque d’une ampleur inédite.

Mon avis

Je pense que c’est un tres bon theme dont fait parti ici l’auteur. s’est-on ne serait-ce qu’un instant demandé comment on reagirait si une catastrophe de cette ampleur etait amené à se produire ? Car oui il semblerait que le courant est la porte d’entrée de 99% de ce qui regit notre vie. Ne serait-ce que ce que vous etes en train de lire, sans courant ça serait un peu difficile non ? JE vous laisse donc ruminer sur cette question : Que ferions nous sans courant ?


37780164

Auteur : Laurent Loison
Titre : Cyanure
ISBN: 9782755635683
440 pages – Edition Hugo Thriller

 

4eme de couverture

Branle-bas de combat au 36, quai des Orfèvres. Toujours assisté de sa complice Emmanuelle de Quezac et du fidèle capitaine Loïc Gerbaud, le célèbre et impétueux commissaire Florent Bargamont se trouve plongé dans une enquête explosive bien différente des habituelles scènes macabres qui sont sa spécialité.

Un ministre vient en effet d’être abattu par un sniper à plus de 1200 m. Sachant que seules une vingtaine de personnes au monde sont capables d’un tel exploit, et que le projectile était trempé dans du cyanure, commence alors la traque d’un criminel particulièrement doué et retors.

Les victimes se multiplient, sans aucun lien apparent et n’ayant pas toutes été traitées au cyanure. Balle ou carreau d’arbalète, la précision est inégalée. Ont-ils affaire à un ou plusieurs tueurs ? Un Guillaume Tell diaboliquement effi cace se promène-il dans la nature ?

Tandis que Barga doit faire face à de perturbantes révélations et se retrouve dans une tourmente personnelle qui le met K.O., les pistes s’entremêlent jusqu’au sommet de l’État, où le président de la République n’est peut-être pas seulement une cible.

 

Mon résumé : 

Tout d’abord ce qui m’a marqué dans ce roman et c’est plutôt une bonne chose : l’auteur débute chaque chapitre par une citation. C’est quelque chose que je n’avais pas vu depuis longtemps et j’aime bien.

Le ministre des Affaires Sociales et de la Santé,Gonzague Verdine, vient d’être abattu d’une balle empoisonnée au cyanure en plein cœur à plus de 1000 mètres de distance. Peu de personne sont capable de faire ça. Le ministre de l’intérieur confit l’enquête aussitôt à la meilleure personne qu’il connaisse : Le commissaire Florent Bargamont.

La raison en est assez simple : Aucun indice sur place, aucune piste, si ce n’est qu’il faille retrouvé un sniper qui s’est évaporé dans la nature.

 

Un peu de douceur, de réconfort, avant de frapper un peu plus fort. Susciter une telle terreur que, même dans un moment de relâchement, elle ne vous quittera pas, et vous cisaillera les tripes à en pleurer jusqu’à vous assécher.

 

Bientôt d’autres morts vont agrémenter l’enquête : une vieille femme abattue dans son salon, une enquête vieille de 16 ans refait surface et concerne un mafieux notoire : Antoine Puponi, et ce, c’est sans compter de mystérieux messages adressés directement au président par le biais de flèches empoissonnées.

 

Mon avis

Un très bon roman, que j’ai dévoré comme il se doit. La fin du roman est juste magique. Vous pensez à la fin habituelle ou l’auteur vous laisse imaginer ce qui pourrais se passer ou encore une fin heureuse ? Mais si au contraire on vous proposais de donner la fin ….

En tournant la dernière page, je me dis que je n’aurais pas du attendre ce début d’année 2018 pour le lire mais l’acquérir des sa sortie. Et si avec tout ça, vous comptez pas vous rendre illico chez votre libraire adoré, je ne peux plus rien pour vous, désolé.