Articles Tagués ‘Romance’


Le Jeu par Laymon

 

Auteur : Richard Laymon
Titre : Le jeu
ISBN: 9782811237325
561 pages – Edition Belfond

 

Résultat de recherche d'images

 

Richard Laymon, né le 14 janvier 1947 à Chicago et mort le 14 février 2001 à Los Angeles, est un écrivain américain de fantastique et d’horreur.

 

 

 

 

 

 

4eme de couverture :

Jane Kerry est bibliothécaire dans une bourgade tranquille des États-Unis et mène une vie bien rangée. Jusqu’au jour où elle trouve une enveloppe à son nom, contenant un billet de cinquante dollars et une énigme… qui la mène à une deuxième enveloppe, une deuxième énigme et un billet de cent dollars. C’est tentant… Qui est ce mystérieux « Maître du Jeu » qui signe ces énigmes ? Qui exige d’elle de plus en plus de courage et d’ingéniosité, et l’entraîne à commettre des actes fous, immoraux… et toujours plus dangereux ? Jane est happée dans un engrenage infernal. Mais c’est un jeu qu’il faut jouer jusqu’au bout.

 

Mon résumé

Vous vous rendez a votre travail et à votre bureau vous attend une enveloppe avec uniquement votre nom dessus. Vous réagissez comment ? vous vous dites surement une blague d’un collègue ? une convocation de votre responsable ? C’est en tout cas un peu la réaction de Jane quand elle découvre ce courrier. Cependant, elle laisse cette enveloppe de coté et compte voir de quoi il en retourne , un peu plus tard.  Avant de fermer la bibliothèque elle doit éteindre les lumières dont le disjoncteur se trouve à l’étage, auparavant elle prend le temps d’ouvrir son enveloppe mystère. Elle contient un billet de 50 $ et une feuille, sur laquelle se trouve une sorte de devinette ou piste, lui permettant d’en savoir plus. Alors qu’elle lit la feuille tout en montant à l’étage, une personne sort d’une salle isolée.  Il s’agit de Bruce, il était resté attablé en train de lire un livre, c’est en entendant monter quelqu’un qu’il s’est décidé a sortir.

Ce qu’il faut retenir, si son salaire de bibliothécaire ne lui convenait pas la elle va avoir de quoi faire du shopping, même si c’est au prix de grand risques !

 

Mon avis

Je n’ai pas pour habitude de dévoiler autant sur un livre mais je dois dire que j’ai tellement été absorbé dans le livre, et ce dès les premières pages, que je voulais vous donner l’envie de vous le procurer et le lire avec la même fougue que moi. C’est un livre ensorcelant, dont j’ai bien eu du mal a me défaire.

Quand j’avais repéré ce livre dans le rayon thriller de la Fnac, j’ai longtemps hésité avec un autre roman dont le synopsis semblait tout aussi passionnant, et en refermant le livre je dois dire que j’ai bien fait d’opter pour celui-là.

Je tiens quand même a préciser que le dernier quart du livre est assez sanglant, donc si vous vous sentez pas suffisamment préparé, attendez peut-être.

Publicités

Auteur : Pierre-etienne Bram
Titre : L’interphone ne fonctionne toujours pas
ISBN: 978-2-36538-556-5
259 pages – Edition Rebelle

 

4eme de couverture

« Hola je m’appelle Celia ». Il y a 300 jours, déjà, c’est avec ces mots que j’étais tombé sous le charme de cette belle Argentine, rencontrée sur Meetic. Sa voix n’avait fait que confirmer mon attirance pour elle. Pourtant, nous ne nous étions toujours pas rencontré… J’avais commencé à douter sérieusement de la réalité de son existence vu qu’aucun de nos rdv IRL n’avaient abouti. « Elle est bien réelle et belle comme sur ses photos » m’avait rassuré Caroline, une amie qui, avec son mari, l’avaient rencontrée. Comment expliquer alors son refus perpétuel de concrétiser notre amour ? Tant d’énergie et de temps peut-être perdu, je désespérais de la tenir un jour dans mes bras. Mais en persévérant, on arrive à tout…

 

 

Mon résumé

On avait laissé notre protagoniste alors qu’il n’avait encore pas pu rencontrer Celia. On commence ce 2e tome à un peu moins de un an du premier contact sur meetic. Il va tout faire pour pouvoir concrétiser cette rencontre, rencontre dont son entourage lui recommande de laisser tomber et de passer à autre chose. Elle va commencer sérieusement à empiéter sur sa vie professionnelle.

Par amour il va faire l’impensable : Jouer un jeu de piste dans les rues de la capitale à plus de 9h du soir et ce pendant 2-3 heures, acheter des billets d’avion pour Venise pour partir un weekend en amoureux,…..

Son amie Caroline le soutient au maximum dans toutes les actions qu’il mène pour Celia. Elle sait qu’il la mérite, c’est une belle fille, elle s’en est elle-même fait une amie. Mais alors pourquoi caroline arrive a la voir et ce, à plusieurs reprises , alors que lui ne l’a pas encore rencontrer, a part en photo ?

 

Mon avis

Pour avoir lui les 2 volets de cette histoire, cela ressemble grandement à une histoire vécue, après je peux me tromper. On se demande vraiment comment cet homme qui semble avoir une belle carrière, parvient a supporter une fille qui le balade pendant près de 3 ans et que ça ne semble pas le déranger plus que ça. Certes il le fait comprendre a Celia a plusieurs reprises mais cela finir par être oublié ensuite. Peut-être es-ce une morale a retenir dans toute cette histoire. Ne pas s’attacher lorsqu’on sait que l’histoire ne marchera pas. En résumé je pense que ces 2 romans mérite d’être mis sur le devant de la scène et devraient être publier a grande échelle comme tout bon Best-seller.

 


Auteur : Flo Renard
Titre : Marathon men
ASIN: B01JEMA4H8
284 pages – Autoedition

 

L’auteur : 

Habite à Marseille et travaille dans une bibliothèque universitaire.
Aime la lecture, classique et contemporaine, et s’évade aussi bien au fil des pages cornées d’un vieux bouquin que l’écran d’une liseuse.
Aime le vent et déteste la pluie.
S’est mis à la course à pied depuis peu et ambitionne  de courir un jour le Marseille-Cassis.
Adore le chocolat, le vrai, le bon, le raffiné, et voit la Belgique comme une terre de fantasmes.
Cohabite avec un chien encore plus fainéant et hédoniste qu’un chat.

 

 

4eme de couverture :

Bordelais nouvellement installé à Marseille, Gwenaël est un garçon effacé qui manque d’assurance. À l’inverse, Victorien, paraplégique de naissance, possède une personnalité rayonnante et une inexhaustible volonté. Ils n’ont rien en commun si ce n’est une égale malchance qui les poursuit depuis l’enfance, et dont ils s’accommodent avec plus ou moins de philosophie.
C’est la course qui va les rapprocher de manière très inattendue, et cette rencontre pour le moins percutante va définitivement changer leur vie…
Comédie romantico-sportive traitant d’affirmation de soi, d’acceptation de l’autre et de respect des différences, Marathon men est avant tout une romance entre deux jeunes hommes, résolument orientée humour… et course de fond !

 

 

Mon résumé

Gwenael est bordelais et sa copine vient de le quitter, cerise sur le gâteau, il vient de perdre son emploi. Son père lui propose un job en remplacement sur Marseille. Il en profite donc pour quitter la région et aller s’installer dans le sud.

C’est une rencontre plutôt percutante et inattendue dans les rues de Marseille qui va rapprocher Gwenaël et Victorien, jeune homme rayonnant et croquant la vie à pleines dents malgré son handicap…

Page après page, nous suivons l’évolution de leur relation, relation amicale qui se transforme en amour intense, en complicité évidente. Chacun sera pour l’autre un soutien, une force, une acceptation de soi. Leur particularité commune devient une force, une philosophie qu’ils prennent avec objectivité et humour. L’évolution de nos deux héros est indéniable, autant que leur malchance. Mais, comme ils le disent, deux négatifs ajoutés font un positif ! Alors ils ne désespèrent jamais et prennent les aléas de la vie comme ils viennent.

Gwenaël est un jeune homme qui doute, qui se mésestime. Sa relation avec sa famille est plus que cahoteuse et sa relation avec Victorien ne va en rien arranger les choses. Ce lien qui l’uni à celui-ci va lui donner confiance, va le booster dans son envie de faire mieux, faire plus, surtout dans cet objectif commun de marathon.

Victorien est une personne lumineuse qui vit en osmose avec son handicap, une personne qui ne baisse jamais les bras et qui prend la vie comme elle vient, avec ses hauts et ses bas. Son amour pour Gwenaël est beau, il va le soutenir, mais il trouvera aussi en Gwenaël un soutien moral, une personne sur laquelle il peut compter et se lâcher, lâcher prise, mais aussi un compagnon de course, autant qu’un compagnon de vie.

 

 

Mon avis

Mon 2eme roman d’affilé sur le thème de l’homosexualité. Non,non je n’ai pas choisi de lire 2 livres d’affilé sur le même thème, il s’agit vraiment d’un pur hasard. L’écriture est douce, qui fait qu’on ne s’ennuie pas un seul instant. Pour ma part, je ne me suis tellement pas ennuyé que j’ai pas pu le lâcher, je l’ai lu hyper rapidement. Un très bon roman, qui fait comprendre que même les auto-édité peuvent être assimilés à des best-sellers. A certains moment du livre, on comprend comment il est dur de vivre en étant homosexuel car cela porte encore un mauvaise image auprès de la société, et c’est dommage. Devoir dire a son entourage ses penchant sexuels et que cela soit mal perçu peut représenter un repli sur soit même voir même amener à couper les ponts.

 


Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens

Je remercie Malecturotheque de m’avoir fait gagner ce livre et Merci également l’équipe livre de poche jeunesse

 

Auteur : Becky Albertalli
Titre : Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens
ISBN : 9782017010166
Le livre de poche jeunesse – 315 pages

 

 

Nationalité : États-Unis

Biographie :  Psychologue clinicienne américaine

« Simon vs. the Homo Sapiens Agenda » est son premier roman

 

 

 

4eme de couverture

Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est bien à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il a « rencontré » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui. Simplement : 1/ Ils fréquentent le même lycée. 2/ Blue est irrésistible. 3/ Il l’apprécie énormément. (Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro.) Simon commet alors une erreur monumentale : il oublie de fermer sa session sur l’ordi du lycée. Résultat ? Martin, un de ses camarades de classe, sait désormais que Simon est gay. Soit Simon lui arrange un coup avec sa meilleure amie, soit Martin révèle son secret à la terre entière. Problème réglé ? Pas si sûr…

 

 

Résumé :

C’est une très belle découverte avec ce roman que j’ai eu l’occasion de croiser à plusieurs reprises sur la blogosphère. Je me suis donc décidé à le lire. Comme il m’arrive souvent en ce moment, des que je commence un livre j’ai du mal à m’arrêter, voulant absolument connaitre la suite puis le dénouement final.

C’est l’histoire de Simon, 16 ans,  lycéen et homosexuel. Se sentant trop seul, il decide de forcer les choses et va se connecter sur un site de rencontre et va finir par discuter avec Blue, lui se faisant appeler Jacques. D’échange en échange, ils vont finir par s’apprécier et tomber amoureux.Aucun d’eux ne connait la véritable identité de l’autre, bien qu’au fil du temps et de l’évolution de leur relation, Simon ressente de plus en plus l’envie de découvrir qui se cache derrière Blue.

Alors que Simon venait de répondre à un email de Blue à partir d’un des ordinateurs du lycée, l’un de ses camarades de classe, Martin, vient le trouver et l’informe qu’il a lu ses e-mails car sa boîte mail n’était pas déconnectée. Simon est horrifié, d’autant plus que Martin le fait chanter, le menaçant de révéler son secret et de publier les impressions d’écran des emails qu’il a fait si Simon ne l’aide pas à sortir avec Abby, une des meilleures amies de Simon

En échange de son silence, il demande a Simon d’organiser une rencontre avec la fille qu’il convoite.

 

C’est plus ou moins ce à quoi je m’attendais, je suppose : ma mère m’interroge sur mon ressenti, papa tourne ça à la blague, Alice la joue politique et Nora se garde de tout commentaire. Le prévisible a quelque chose de réconfortant et, dans le genre prévisible, ma famille est championne

 

Leah m’a expliqué un jour qu’elle préférait encore qu’on la traite de grosse en face plutôt que de devoir écouter les gens se gausser du poids d’une autre. Je crois que, dans le fond, je suis du même avis. Il n’y a pas pire humiliation que celle, secrète, de se faire insulter par procuration.

 

 

Mon avis

C’est mon premier livre sur le thème de l’homosexualité et je dois dire que j’en suis totalement satisfait. L’auteur fait bien ressortir l’une des difficultés rencontrés par les personnes homosexuelles : le rejet et la vision du monde face à l’homosexualité même si dans le livre l’entourage réagit plutôt bien. JE pense que dans le monde réel, on a encore beaucoup de mal à l’accepter et c’est fort regrettable. Apres tout ce n’est en rien une maladie, c’est une face de voir la vie différente des autres, c’est tout.

Sur ces paroles je vous laisse seul juge et apprécier tout autant que moi ce livre que j’ai beaucoup aimé.