Articles Tagués ‘hotel’


Couverture Avalanche Hôtel

Auteur : Nicko Tackian
Titre : Avalanche Hotel
ISBN : 9782702163290
266 pages  – edition Calmann Levy

 

 

4eme de couverture

Surtout, ne vous fiez pas à vos souvenirs ! Un thriller hypnotique signé Niko Tackian 

Janvier 1980, à l’Avalanche Hôtel, sublime palace des Alpes suisses. Joshua Auberson, agent de sécurité, enquête sur la disparition d’une jeune cliente, avec un sentiment d’étrangeté. 
Quelque chose cloche autour de lui, il en est sûr. Le barman, un géant taciturne, lui demande de le suivre dans la montagne, en pleine tempête de neige. Joshua a si froid qu’il perd conscience…
… et revient à lui dans une chambre d’hôpital. Il a été pris dans une avalanche, il est resté deux jours dans le coma. 
Nous ne sommes pas en 1980 mais en 2018. Joshua n’est pas agent de sécurité, il est flic, et l’Avalanche Hôtel n’est plus qu’une carcasse vide depuis bien longtemps. 
Tout cela n’était qu’un rêve dû au coma.
Un rêve, vraiment ?

 

 

Mon résumé

Nous sommes en 1980. Un homme se reveille dans une salle de bain, totalement nu. Il ne semble pas vraiment savoir ce qu’il lui arrive, ni ou il est. Il semble avoir totalement perdu la mémoire. A son réveil le seul indice qu’il possède est une veste sur l’accueil il est noté A.H. Agent de sécurité. Il travaillerais dans en tant qu’agent de sécurité ? Ok, mais ou est-il ? Qu’est-ce A.H ? Alors qu’il commence a sortir de ce qui semble être un rêve, son telephone sonne. Une personne qui vraisemblablement est sa responsable, l’invite urgemment a descendre dans le salon bleu, c’est qu’il est plus qu’en retard. 

Une fois qu’il a réussit à prendre ses repéres il s’aperçoit qu’il se trouve dans la chambre 81 d’un hotel en pleine montagne, et qu’il va devoir trouver assez rapidement ce fameux salon bleu. On finit par lui apprendre que la fille Alexander à disparu et qu’il est chargé de la retrouver.

Quelques pages plus tard, le mystère reste entier. 
Pourtant, à nouveau il se réveille. Et cette fois nous sommes à l’hôpital. Il sort du coma et nous sommes cette fois bel et bien en 2018 …

 

Elle se tenait sur le bord d’un abîme dans lequel elle allait disparaître sans laisser la moindre trace. Les morts n’existent qu’à travers le souvenir des vivants et dans son cas, personne ne s’étaient manifesté, ni famille ni amis … Elle était seule dans les abysses, il n’y avait rien de plus froid que l’oubli.

 

 

 

Mon avis

Les inconditionnels de Stephen king auront reconnu l’ambiance de l’overlook Hotel. Un Hotel situé en pleine montagne plus ou moins à l’abandon. A la difference qu’ici nous ne sommes pas dans la chambre 217 mais 81. Dans ce livre j’ai été un peu perturbé car on navigue entre rêve d’un coté et réalité de l’autre, on finis pas plus vraiment savoir ou on se situe. J’ai un peu regretté le moment on on faire la découverte de la petite fille disparue. A partir de ce moment la, j’ai compris toute l’histoire et je s’avais d’office comment ça allais se terminer. La fin est trop prévisible je trouve. Et vous comment l’avez-vous ressenti ? Dites-moi tout.

 

Publicités

36199362

Auteur : Yana Vagner
Titre : L’hôtel
ISBN: 9782375610824
508 pages – Mirobole Editions

 

 

VONGOZERO | Passion Polar

Yana Vagner, née en 1973, a grandi au sein d’une famille russo-tchèque. Elle a travaillé comme interprète, animatrice radio, responsable logistique. Vongozero  est son premier roman. Initialement publiée peu à peu sur le blog de l’auteur, cette histoire de survie magistrale a suscité un tel enthousiasme qu’elle a fait l’objet d’une enchère entre éditeurs. Elle a depuis été nominée au Prix National Bestseller, vendue au cinéma et traduite dans 4 pays.
Source : site de l’éditeur

 

4eme de couverture

«Un thriller impressionnant de justesse sur les affres d’une communauté plongée dans la peur.»

Dans la neige, une femme tente de regagner le chalet où elle voit ses amis boire et discuter tranquillement. A deux doigts de la porte salvatrice, elle trébuche et se fait poignarder. Ce n’est que le début d’un huis-clos angoissant dans un «Hôtel» situé en altitude et accessible en seul téléphérique. Neuf Russes – quatre hommes, cinq femmes – membres d’une équipe de tournage s’y sont retrouvés pour un séjour d’une semaine. L’endroit est pourvu de nourriture et de bois de chauffage en quantité. Mais les portables n’y captent pas de réseau. Et bientôt une tempête de glace coupe l’électricité. La découverte du cadavre provoque un choc parmi les personnages, surtout quand ils comprennent que le meurtrier se trouve parmi eux.

 

Mon avis : 

J’ai tout de suite été emballé par ce roman qui se déroule en huit clos, avec un meurtre à la clé, avec un climat montagnard on a tout les ingrédients pour un bon thriller.

Yana Vagner nous raconte l’histoire d’un groupe d’ami qui ont loué un luxueux Hôtel pour la semaine, perché sur une montagne. Mais très rapidement leur séjour va tourner à l’horreur: une des leurs est retrouvée morte. Ils se rendent rapidement à l’évidence, le tueur est parmi eux.

A la finale je me suis mortellement ennuyé, car au lieu d’avoir une vrai enquête digne de ce nom, on se retrouve plongé dans la vie personnelle de chaque protagoniste, et c’est loin de ce à quoi je m’attendais.

D’autre part les flash-back sont si long et embrouillés, qu’on a parfois du mal a faire la différence entre présent et passé.

Non vraiment ce roman est trop long pour ce qu’il est. Grosse deception pour ma part

 

N’eteins pas la lumiere

Publié: 7 février 2015 par lecturedesam dans Thriller
Tags:, , , , , , ,

bernard_minier

Auteur : Bernard Minier
Titre :  N’eteins pas la lumière
ISBN : 9782845636316
616 pages

 

A partir de ce mois-ci et parce qu’après tout, ça peut être bien d’en savoir un peu plus sur l’auteur de nos lectures. Aussi je mettrais désormais une photo ainsi qu’une petite biographie de l’auteur.

Bernard Minier

Bernard Minier, né à Béziers dans l’Hérault le 26 août 1960, est un auteur français de roman policier.

Il a signé avec l’éditeur XO edition et a sorti 3 romans : Glacé en 2011, Le cercle en 2012 et N’eteins pas la lumière en 2014.

 

Résumé :

Christine Vit a Toulouse et a tout pour être heureuse : un copain qu’elle aime, un boulot a la radio locale Radio 5, et soudain sa vie bascule. Nous sommes a la veille de noël et Christine doit partir pour le déjeuner de noël qu’elle va passer chez les parents de son copain Gerald. Au moment de partir elle consulte sa boite aux lettres et découvre une lettre sans nom ni adresse lui annonçant un suicide prochain. A partir de ce jour, la vie de Christine va basculer : Gerald va la quitter, plus de boulot et va même finir malgré elle a faire « copain-copain » avec un sans-abri.

De son coté, le commandant Servaz est en cure de repos dans un hôpital destiné aux policiers en phase de dépression. Un matin, il trouve une clé d’une chambre d’hôtel, la n°117 et sa curiosité l’emporte sur la raison. Cette chambre est déjà réservée à son nom, et c’est dans cet endroit qu’une jeune femme Célia Jabonka s’est donnée la mort un an plus tôt. Alors qu’il se renseigne auprès de ses collègues, d’autres indices finissent par lui parvenir, qui sont tous liés à des opéras. Le commandant étant en cure, ne devrait pas se préoccuper de ce que ça cache et pourtant étant flic, il ne va pas pouvoir s’empêcher de mener sa petite enquête et ses indices vont vite l’amener sur la piste de l’exploration spatiale et de l’aéronautique.

Vous me direz, c’est bien beau tout ça mais ou cela nous mène-t-il ? et bien il s’avère que les 2 affaires vont vite se recouper.

Mon avis :

Je découvre avec plaisir un nouvel auteur, français qui plus est . je dois dire que je ne suis pas du tout déçu et je le recommande si vous le connaissez pas. Cependant petit bémol, l’épilogue fait référence a un personnage qui n’est pas évoqué dans le roman et par conséquent signe qu’il doit en être question dans un autre roman, ce qui gâche un peu la compréhension mais n’entache en rien la magnificence du livre.