Articles Tagués ‘Horreur’


Dreamcatcher

Auteur : Stephen King
Titre : Dreamcatcher
ISBN: 9782253151449
Edition le livre de poche

 

4eme de couverture

Quatre amis se retrouvent annuellement pour une partie de chasse dans une forêt du Maine. Elle fut jadis leur terrain d’aventures, en compagnie de Duddits, l’enfant mongolien qu’ils avaient adopté comme un petit frère. Et le théâtre, aussi, d’événements qu’ils se sont efforcés d’oublier. Mais les mystères ressurgissent, sous la forme de présences étranges et menaçantes que l’armée a entrepris de surveiller de près. Au point de vouloir éliminer tous ceux qui ont pu être au contact de la chose…

Titre original : Dreamcatcher (2001)

 

Petit extrait de l’adaptation télévisée :

 

Publicités

 

 

 

 

NetGalley

 

 

 

 

Auteur : Slimane-Baptiste Berhoun
Titre : Les yeux
ISBN: 9791028104160
Format numerique

Sortie librairie prevue à partir du 15 novembre 2017

 

 

Description de cette image, également commentée ci-après

Slimane-Baptiste Berhoun, né le 22 mars 1985, est un réalisateur, scénariste, écrivain et acteur français. Également présentateur de la série Big Bug Hunter puis Big Bang Hunter, il occupe occasionnellement d’autres fonctions comme directeur de la photographie ou encore cadreur.

Slimane-Baptiste Berhoun interprète entre autres le Docteur Henry Castafolte dans Le Visiteur du Futur3 et a écrit à partir de 2014 la suite de la série dans le roman La Meute.

 

 

4eme de couverture

Tout en haut du Plateau, le vent pouvait rendre fou.
On avait choisi d’y construire un asile. L’Orme : une grande bâtisse lugubre, battue par les vents et la neige. Même les bombardements de 44 n’avaient pu en venir à bout. À croire qu’il échappait à toute influence humaine.
Et des morts étranges, violentes, il y en avait toujours eu et il y en aurait encore, là-haut. D’ordinaire, personne ne venait s’en mêler. Ni la gendarmerie du Village, ni les réducteurs de tête de Paris.
Si on avait écouté les fous enfermés derrière les murs de l’Orme, on y aurait peut-être vu l’œuvre d’un monstre. Mais les fous, ça ne s’écoute pas, ça se traite. Ce que le psycho-chirurgien à la tête des affaires médicales de l’établissement sait faire d’une main de fer. À l’abri des regards. À condition de parvenir à se débarrasser définitivement de cette trop curieuse disciple de Lacan venue fouiner dans les dossiers de ses malades.

 

 

 

Mon résumé

 

L’histoire se passe en 1952, quelque part dans le Berry, sur un haut plateau reculé du reste de la population, qu’on a commencer à parler de cet asile, qu’on pourrait également appeler un hôpital psychiatrique.

A la tête de l’établissement, Vidal, un administrateur qui s’accroche à sa position, contre vents et marée. Le chirurgien responsable de la partie médicale s’appelle Valmont, sévère et vaguement inquiétant d’apparence. Pasquier et Saint-Juste, deux grosses brutes qui traitent les patients avec violence, sont chargés de maintenir l’ordre. Le jeune Gaultier s’occupe de la pharmacie.

Un jeune patient est retrouvé mort dans la cour et les circonstances sont mystérieuses. En parallèle, l’asile nommé L’Orme, accueille une jeune étudiante envoyé par un éminent professeur parisien.

Elle est ici pour ausculter une patiente atteinte de prosopagnosie (non-reconnaissance des visages), qui pourrait bien être la clé d’une enquête non résolue. Valmont va vite tourner l’arrivée de cette étudiante à son avantage et faire d’elle-même une patiente.

Je ne vous donne pas plus de détails pour ne rien vous gâcher de l’intrigue.

 

Mon avis

J’ai eu beaucoup de mal a rentrer dans l’histoire mais une fois qu’on a accroché, impossible de s’arrêter et on est aspiré dans la spirale infernale mise en place par Valmont… Un tres bon livre.

A mettre dans votre whish-List


Le Jeu par Laymon

 

Auteur : Richard Laymon
Titre : Le jeu
ISBN: 9782811237325
561 pages – Edition Belfond

 

Résultat de recherche d'images

 

Richard Laymon, né le 14 janvier 1947 à Chicago et mort le 14 février 2001 à Los Angeles, est un écrivain américain de fantastique et d’horreur.

 

 

 

 

 

 

4eme de couverture :

Jane Kerry est bibliothécaire dans une bourgade tranquille des États-Unis et mène une vie bien rangée. Jusqu’au jour où elle trouve une enveloppe à son nom, contenant un billet de cinquante dollars et une énigme… qui la mène à une deuxième enveloppe, une deuxième énigme et un billet de cent dollars. C’est tentant… Qui est ce mystérieux « Maître du Jeu » qui signe ces énigmes ? Qui exige d’elle de plus en plus de courage et d’ingéniosité, et l’entraîne à commettre des actes fous, immoraux… et toujours plus dangereux ? Jane est happée dans un engrenage infernal. Mais c’est un jeu qu’il faut jouer jusqu’au bout.

 

Mon résumé

Vous vous rendez a votre travail et à votre bureau vous attend une enveloppe avec uniquement votre nom dessus. Vous réagissez comment ? vous vous dites surement une blague d’un collègue ? une convocation de votre responsable ? C’est en tout cas un peu la réaction de Jane quand elle découvre ce courrier. Cependant, elle laisse cette enveloppe de coté et compte voir de quoi il en retourne , un peu plus tard.  Avant de fermer la bibliothèque elle doit éteindre les lumières dont le disjoncteur se trouve à l’étage, auparavant elle prend le temps d’ouvrir son enveloppe mystère. Elle contient un billet de 50 $ et une feuille, sur laquelle se trouve une sorte de devinette ou piste, lui permettant d’en savoir plus. Alors qu’elle lit la feuille tout en montant à l’étage, une personne sort d’une salle isolée.  Il s’agit de Bruce, il était resté attablé en train de lire un livre, c’est en entendant monter quelqu’un qu’il s’est décidé a sortir.

Ce qu’il faut retenir, si son salaire de bibliothécaire ne lui convenait pas la elle va avoir de quoi faire du shopping, même si c’est au prix de grand risques !

 

Mon avis

Je n’ai pas pour habitude de dévoiler autant sur un livre mais je dois dire que j’ai tellement été absorbé dans le livre, et ce dès les premières pages, que je voulais vous donner l’envie de vous le procurer et le lire avec la même fougue que moi. C’est un livre ensorcelant, dont j’ai bien eu du mal a me défaire.

Quand j’avais repéré ce livre dans le rayon thriller de la Fnac, j’ai longtemps hésité avec un autre roman dont le synopsis semblait tout aussi passionnant, et en refermant le livre je dois dire que j’ai bien fait d’opter pour celui-là.

Je tiens quand même a préciser que le dernier quart du livre est assez sanglant, donc si vous vous sentez pas suffisamment préparé, attendez peut-être.

Les crocs de la correze

Publié: 6 mai 2016 par lecturedesam dans Thriller
Tags:, , , , , , , , ,

30121444

 

Auteur : Franck Klarczyk
Titre : Les crocs de la correze
ISBN : 9782367463711
454 pages

 

Afficher l'image d'origineDepuis plus de vingt ans, Frank Klarczyk est un policier de la rue . Après avoir fait ses premières armes en région parisienne, il a exercé dans le Pas de Calais où sont ses racines. Puis, tombé sous le charme du Sud-Ouest, il a aujourd hui obtenu sa mutation en Corrèze. Cinéphile et passionné de littérature policière, il apprécie les auteurs américains Harris, Connelly, King, Lehane comme les auteurs français Grangé, Chattam et, surtout, Thilliez. Utilisant sa profession comme source d inspiration, il nous entraîne dans une enquête rythmée et nous plonge dans le monde, méconnu, de la Police.

 

 

 

4eme de couverture :

Le corps d’un notable est retrouvé égorgé en plein centre de Brive. Tout laisse à penser qu’un animal dangereux erre dans les rues de la ville.
À la suite de son affectation au commissariat de la cité gaillarde, le lieutenant Gabriel Marcini est chargé de l’enquête. Après une longue période de soins, il reprend du service dans un climat tendu, d’autant qu’une seconde victime est bientôt découverte, déchiquetée, sur les bords de la Corrèze.
L’animal serait-il dressé pour tuer ?
Tiraillé entre une affaire difficile, la garde de sa fille et la suspicion de ses nouveaux collègues, Marcini doit aussi faire face à ses démons… qui ne sont pas si vieux.

 

Mon avis :

L’histoire commence doucement. On pose le décor en suivant l’arrivée de L’inspecteur Marcini au sein de la brigade la police nationale de Brive. Peu de temps après son arrivée on découvre un 1er corps qui « amoché » on peu le dire, qui ferait penser a des morsures d’animaux de la branche canine, puis s’enchaîne un 2e corps et c’est a partir de ce moment la que l’enquête commence a prendre tout son sens. On va faire la connaissance du commissaire Duval et de l’inspecteur Lesage, qui s’avère être une vieille connaissance de Gabriel, qu’il ne porte pas particulièrement dans son cœur. La suite de l’enquête va d’ailleurs s’en faire ressentir.

 

Un vrai chef d’oeuvre. J’ai pas démordu un instant dans la lecture de ce livre. Est-ce lié au fait que ce soit un thriller ? que le thème tourne autour des chiens ? je ne saurais le dire mais en tout cas quand je l’ai vu a l’entrée de la bibliothèque et en voyant la couverture j’ai tout de suite su qu’il me le fallait 😉

 


Afficher l'image d'origine

Auteur : Karine Giebel
Titre : Le purgatoire des innocents
ISBN :  978-2-823-80842-1
462 pages – EPUB

 

Afficher l'image d'origine

Karine Giebel est née en 1971 dans le Var, où elle vit toujours.

Après des études de droit et quelques petits boulots, elle publie deux premiers romans dans la collection « Rail noir » aux éditions La Vie du Rail. Elle poursuit son aventure éditoriale au Fleuve noir et chez Pocket. En huit romans, souvent primés, elle s’est faite une place à part dans le thriller psychologique. Ses romans sont traduits en italien, néerlandais, russe et espagnol.

 

 

 

4eme de couverture

Raphaël a passé des années en prison pour vols à main armée puis pour récidive. Pendant son absence, sa mère est morte de chagrin tandis que son jeune frère William prenait le même chemin que lui. Raphaël, à sa libération, entraîne celui-ci dans leur premier braquage en commun, une bijouterie de la place Vendôme, avec la complicité d’un jeune couple. L’affaire tourne mal, un policier et une passante sont tués, et William est grièvement blessé. Leur cavale devient pour Raphaël une véritable course contre la montre : il faut sauver son frère. Les quatre fuyards atterrissent à quelques heures de Paris, et trouvent le numéro d’une vétérinaire, Sandra, qu’ils prennent en otage chez elle, dans sa ferme isolée, et forcent à soigner William. Sa vie contre celle du braqueur. C’est dans cet état d’esprit que Sandra doit opérer dans son salon, sans trembler, elle qui n’est pas chirurgienne. Mais les jours passent et William n’est toujours pas en état de reprendre la route. Et lorsque le mari de Sandra prévient sa femme de son retour, tous attendent. Les uns de le prendre également en otage et Sandra d’être sauvée… ou peut-être autre chose… Car ce que Raphaël ignore, c’est qu’ils sont dans la demeure du diable. Ce que Raphaël ne sait pas, c’est qu’ils sont dans la maison d’un psychopathe de la pire espèce, qui vient de ramener, à l’arrière de son camion, deux adolescentes enlevées à la sortie de leur collège. De prédateurs, ils vont devenir des proies à la merci d’un monstre sans pitié…

 

Mon avis
Déjà, il faut dire ce qui m’a motivé a ouvrir ce roman est le fait que parti sur la blogosphère on parle du dernier roman que l’auteur a sorti.

A la lecture des 50-60 premieres pages, j’ai bien cru que j’étais parti pour m’ennuyer pendant encore 300 pages et finalement a partir du moment ou la bande de braqueurs est arrivé chez la vétérinaire, tout s’est accéléré.
On cerne assez vite le personnage de Sandra, on sens qu’elle n’a pas eu de chance durant son enfance et se retourne malgré elle embarquée dans des histoires pas très catholique, et va malgré elle mal finir.

Des le depart, Raphael, va vouloir jouer les gros durs, et fait en sorte qu’on lui obéisse au doigt et a l’œil. A l’arrivée du « mari » il va vite déchanter et changer son fusil d’épaule.
William, quant a lui, est ce qui j’appellerais une mauviette, qui me pense que par son frère et qui est prêt a mourir pour lui.
Enfin, le personnage principal, Patrick, est bien loin d’être celui auquel on pense….

On a affaire certes a un thriller mais il y a dans ce roman un très haut niveau de psychologie.

Puzzle

Publié: 29 novembre 2015 par lecturedesam dans Thriller
Tags:, , , , , , ,

17981015

 

Auteur : Franck Thilliez
Titre : Puzzle
ISBN : 9782265093577
430 pages

 

4eme de couverture :

Ilan et Chloé, deux jeunes gens spécialistes des chasses au trésor ont rêvé des années durant de participer à la partie ultime, d’un jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, dont on ne connaît pas l’entrée, et dont on ne sait même pas s’il existe. Mais dont on connaît le nom : Paranoïa.
Lorsqu’un an après leur rupture Chloé réapparaît dans la vie d’Illan en lui annonçant qu’elle sait comment jouer, ce dernier a totalement rompu avec l’univers des jeux, et vit isolé dans la maison de ses parents disparus en mer. Officiellement morts, mais Ilan est persuadé qu’ils ont été enlevés à cause de leurs recherches scientifiques. Après avoir refusé l’aventure, Illan cède alors que Chloé lui fait part de la rumeur : le gagnant remporterait 300 000 euros.
Après un premier jeu de pistes dans Paris, les deux amis sont enfin sélectionnés. C’est alors qu’ils découvrent la règle numéro 1 : « Quoiqu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu. », rapidement suivie, à leur arrivée sur les lieux du jeu – un gigantesque bâtiment isolé en pleine montagne appelé Complexe psychiatrique de Swanessong – de la règle numéro 2 : « L’un d’entre vous va mourir. »
Quand les joueurs découvrent le premier cadavre, quand Illan retrouve dans le jeu des informations liées à la disparition de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à faire…
Et Paranoia peut alors réellement commencer…

interview de l’auteur 

Passage a la bibliotheque#4

Publié: 13 octobre 2015 par lecturedesam dans Bibliotheque
Tags:, , , , ,

Bonsoir a tous,

 

petit passage a la bibliotheque cet apres midi ou j’en suis resorti forcement avec un Thilliez, je pouvais pas faire l’impasse 🙂

 

100_0463

 

j’ai pris egalement un livre audio : Ravage de René Barjavel