Articles Tagués ‘enlevement’


Couverture La maison de poupée

Auteur : M.J.Arlidge
Titre :  La maison de poupée
ISBN: 9782365693240
398 pages

 

4eme de couverture :

Une jeune femme se réveille, désorientée. Elle n’est pas dans son lit mais dans une cave. Prisonnière d’un simulacre de chambre. La panique monte. Comment a-t-elle atterri là ?Pourquoi ?

Non loin de là, des promeneurs font une découverte macabre : le corps décomposé d’une femme. Sa disparition n’a jamais été signalée : sa famille recevait régulièrement de ses nouvelles via les réseaux sociaux et n’avait donc aucune raison de s’inquiéter. Quel assassin peut être assez pervers pour jouer ainsi avec les proches de ses victimes ?

La détective Helen Grace se lance sur la piste de ce meurtrier redoutable. Un prédateur vicieux et intelligent qui ne recule devant rien. Mais elle doit faire vite. Quelque part, une femme lutte pour sa survie…

 

 

Mon résumé

Une jeune fille s’endort chez elle et se reveille dans une cave….du moins elle ne le sait pas au debut. Elle se reveille après une soirée bien agitée et pense simplement avoir du mal a émerger après avoir trop bu mais lorsqu’elle ne retrouve pas ses affaires habituelles sur sa table de nuit, elle commence a sentir que quelque chose cloche.

Ailleurs, une famille se promene sur la plage et trouve par hasard le cadavre d’une jeune fille. Bientôt d’autres cadavres sont retrouvés. Très vite le commandant Helen Grace se charge de l’enquête et va bien vite s’y attacher de façon un peu trop personnel, au risque de mettre sa carrière en jeu.

Un roman à plusieurs voix.
Celle de Ruby, qui se retrouve, sans savoir comment, enfermée dans une pièce où tous les éléments sont factices, à l’exception de son cauchemar éveillé.
Celle du kidnappeur, dont on perçoit très vite la folie mais pas l’identité.
Celles des enquêteurs, avec Helen Grace en tête, qui, d’instinct, sent très vite qu’elle doit trouver un serial killer.

L’enquête de Helen Grace se trouve bousculée par Ceri Harwood, qui ne cherche par mettre des batons dans les roues, afin de la faire tomber au risque que la carrière de Helen Grace soit compromise.

 

Mon avis

Mon 2eme roman de l’auteur après Am stram gram, et je pense que meme si on peux suivre l’histoire sans, il n’est pas inutile d’avant lu les 2 premiers roman de l’auteur avant celui-ci.  Ca permet de se faire une idée sur la psychologie et la manière d’être des différents protagonistes qui l’ont retrouvent ici. Pour une fois j’ai bien aimé l’alternance des situations, on navigue facilement entre le kidnappeur, la victime (Rudy) et l’enquête menée par le commandant Helen Grace.

Pour en ayant entendu grandement parlé par un collègue, j’attend avec impatience de  lire le dernier roman déjà sorti : « Au feu, les pompiers ».

Publicités

Auteur : Haylen Beck
Titre :  Silver Water
ISBN: 9791033902447
Format numérique EPUB

 

Résultat de recherche d'images

 

Haylen Beck de son vrai nom Stuart Neville, est un écrivain britannique (Irlande du Nord) né à Armagh en 1972.
Parmi ses romans il a fait une serie dédiée « Jack Lennon » et également un roman policier intitulé Ratlines sorti en 2013

 

 

 

 

 

4eme de couverture

Ses enfants ont disparu. Elle est la coupable idéale.Ce matin-là, Audra Kinney avait rassemblé ses dernières forces pour fuir son mari, mis ses enfants dans la voiture, et foncé à travers les paysages accidentés de l’Arizona. Elle se sentait respirer. Enfin. Mais, par un étrange coup du sort, elle est arrêtée par la police sur une route a priori déserte. Le coffre de la voiture est ouvert. Une cargaison de drogue qu’elle n’avait jamais vue de sa vie, découverte. Et le cauchemar commence. Car une fois au poste, après avoir été embarquée de force, on s’étonne qu’elle mentionne la présence de ses enfants. Ils auraient disparu ? La police, et bientôt les médias, parlent d’infanticide : c’est la parole d’Audra contre la leur… jusqu’à ce qu’un privé, Danny Lee, dont l’histoire ressemble à s’y méprendre à la sienne, se décide à forcer les portes de Silver Water.

Haylen Beck, aussi connu sous son véritable nom, Stuart Neville, est un auteur acclamé par la critique et les lecteurs. Après une carrière dans la musique, il a épousé celle d’écrivain, faisant du polar sa spécialité.

 

Mon résumé

Audra pensait rencontrer l’homme de sa vie mais n’aurait-elle pas été un peu trop vite en besogne (elle-meme le pense mais après tout…). Apres seulement quelques semaines elle se retrouve la bague au doigt, cela dit elle semble être bien loin d’être la bague du bonheur.

Au bout d’un peu plus d’un an a devoir supporter les coups et maltraitances de son mari Patrick, Audra decide de claquer la porte, accompagné de son fils Sean et de sa fille Louise. Elle compte se rencontre à l’autre bout du pays chez son amie Mel. Alors que ses enfants commencent à accuser la fatigue et à désespérer de voir le bout du trajet arriver, elle aperçoit une voiture de police qui la suit….gyrophare tournant, ce n’est pas bon signe se dit-elle.

Audra, comme tout un chacun, a beaucoup de mal a faire face à la marée chaussée, mais elle finit par se rassurer mais aussi rassurer ses enfants qui se demandent pourquoi la police les arrêtent, en disant que ce n’est qu’un simple contrôle de papier, rien de plus, et ils seront repartis plus vite qu’il ne faut pour le dire. Ce n’est bien sur sans compter sur le zèle du policier, qui sans demander son avis decide de contrôler l’ensemble du vehicle et le coffre compris…

Le policier farfouille dans les affaires de Audra et finir par tomber sur….de la Marijuana !!! Sauf qu’elle n’appartient en aucun cas à Audra….

 

Mon avis

Cela faisait un petit moment que je n’avais été ensorcelé à ce point par un roman. J’ai lu le livre en à peine 24 heures, c’est dire si il a de quoi être bouleversé. On pourrais se dire qu’on a encore affaire à une histoire de disparition et que cela ne vaut pas la peine de s’y attacher !!! oui, mais quand l’histoire est de rebondissements à tout va, on a tendance a s’y accrocher et vouloir connaitre le fin mot de l’histoire. Comme bien souvent, je découvre un nouvel auteur et c’est un reel plaisir de voir que je n’ai pas du tout perdu mon temps, alors pourquoi le perdriez-vous ? Allez donc vite découvrir ce roman, il vaut vraiment le coup.

Trollhunters

Publié: 12 avril 2018 par lecturedesam dans Fantastique
Tags:, , ,

30817224

 

Auteur : Guillermo Del Toro & Daniel Kraus
Titre : Trollhunters
ISBN: 9782747058520
Format papier – 382 pages – Edition Bayard

 

Résultat de recherche d'images pour "Guillermo Del Toro"Résultat de recherche d'images

 

 

 

4eme de couverture :

En 1965, des enfants disparaissent mystérieusement dans une petite ville de Californie. Jack Sturges,13 ans, est enlevé à son tour, sous les yeux horrifiés de son frère Jim. Quarante-cinq ans plus tard, le fils de Jim, Jim junior, doit supporter la paranoïa de son père, qui a transformé la maison en forteresse pour protéger sa famille. Pourtant, une créature étrange réussit à se faufiler dans la chambre du garçon et le kidnappe… Attention : des trolls sortent de l’ombre et s’attaquent aux humains, leur plat favori…

 

 

 


Résultat de recherche d'images pour "netgalley"

 

Résultat de recherche d'images pour "jc lattès"

Merci à NetGalley et les éditions JC Lattès pour m’avoir permis de découvrir ce livre mais également l’auteure.

 

 

Auteur : Karen Dionne
Titre : La fille du roi des marais
ISBN: 9782709658782

 

Karen Dionne

Karen Dionne est diplômée de Grosse Pointe North High School en 1971 et a fait ses études à l’Université du Michigan.
Elle est cofondatrice d’une association d’écrivains en ligne, nommée Backspace.
Son premier thriller écologique, « Freezing Point » (2008), a été nominé pour le Prix du premier roman policier par RT Book Reviews.

Romancière, nouvelliste et essayiste, Karen Dionne est surtout connu pour son thriller psychologique, « La fille du roi des marais » (The Marsh King’s Daughter), publié en 2017.

 

 

4eme de couverture

Enfin, Helena a la vie qu’elle mérite ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, elle mesure son erreur : comment a-t-elle pu croire qu’elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé ?
Car Helena a un secret : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l’aimait aussi… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté.
Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd’hui son père a tué deux gardiens de prison et s’est volatilisé dans les marais, une zone qu’il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l’homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n’a aucune chance de l’arrêter. Parce qu’elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c’est sa fille.

 

Mon résumé : 

Helena est sous le choc quand elle apprend que Jacob s’est enfui près de chez elle d’une prison. Pas seulement car elle craint pour la sécurité de ses proches, un mari et deux filles. Mais elle tombe de haut lorsqu’elle apprend que ce dangereux criminel est son père. En effet, Helena est né de son « union » avec la jeune fille de 14 ans qu’il avait enlevée puis séquestrée des années dans les marais qu’il connait par coeur. Seulement voilà quand Helena est né de ces deux personnes elle n’avait pas conscience que cette existence était sordide. Pour elle, c’était normal. Cette vie en autarcie, ne jamais voir personne d’autre que ses parents. La façon dont il contrôlait leurs vies de A à Z. Sa dureté face à elles… Elle n’avait connu que ça.

Élevée en garçon manqué par un père qui n’est autre que le kidnappeur de sa mère, Helena n’a jamais connu d’autre horizon que celui formé par les roseaux du marais de la Péninsule Supérieure du Michigan, la prison au grand air choisi par son père pour abriter sa « famille ». Prisonnières de leur tortionnaire, Helena et sa mère le sont pendant presque quinze ans, jusqu’à ce que le destin décide de les extraire de la vase.

– Une poupée ? (Je n’avais jamais entendu ce mot.) Ca sert à quoi ?- C’est pour jouer avec. Tu lui donnes un nom. Tu fais semblant que c’est un bébé et que toi tu es sa maman. Je ne savais que répondre à ça. J’étais très bonne pour faire semblant, mais m’imaginer être la mère de ce machin sans vie dépassait mes capacités d’invention.

 

Mon avis

Malgré quelques difficultés pour rentrer dans l’histoire, une fois ce cap franchi,  il à été facile pour moi de suivre cette histoire, somme toute triste. J’ai réussi a bien rentrer dedans et les pages ont défilées sans que je m’en aperçoive. JE recommande ce livre d’une auteure que je découvrais.

 


37885980

Auteur : James Patterson & Marshall Karp
Titre : Lettres de sang
ISBN: 978-2-8098-2355-4
663 pages – Edition L’archipel

 

Il s’agit d’un service presse et je remercie les éditions L’archipel pour la confiance qu’ils ont bien voulu m’accorder

 

 

Description de cette image, également commentée ci-après

 

James Patterson, né le 22 mars 1947 à Newburgh dans l’État de New York, est un écrivain américain.
Le personnage principal de ses romans est l’inspecteur Alex Cross, dont le rôle fut interprété par Morgan Freeman dans les adaptations cinématographiques Le Collectionneur (Kiss the Girls) et Le Masque de l’araignée (Along Came a Spider). Tyler Perry reprend le rôle en 2012 dans le film Alex Cross.

Lindsay Boxer est son second personnage principal. Elle est l’héroïne des romans la mettant en scène avec son groupe, « Le Murder Club », où elle est avec trois de ses amies ; Jill, Cindy et Claire. Cette série de romans est adaptée dans la série télévisée Women’s Murder Club.

James Patterson vit à Palm Beach, en Floride.

 

 

4eme de couverture

Hunter Alden Jr., businessman milliardaire, a tout pour lui : une femme sexy, un fils de huit ans qu’il adore, et une fortune qui ne cesse de croître. Mais cette vie parfaite vole en éclats lors d’une nuit d’horreur, quand il découvre la tête décapitée de son chauffeur enroulée dans un sac sur lequel sont inscrites, en lettres de sang, HHA III. Hubert Hutchinson Alden, IIIe du nom : les initiales de son fils. Lorsque celui-ci est enlevé, même la fortune du plus grand milliardaire du pays ne semble pas à même de satisfaire ce ravisseur aux exigences… si particulières. À New York, seul le NYPD Red, cellule qui protège les rich and famous, peut résoudre l’affaire. Mais le détective Zach Jordan et sa partenaire (et ex-petite amie) Kylie MacDonald sont loin de se douter de ce qui les attend. Bientôt, Zach et Kylie découvrent que, plus ils s’approchent de la vérité, plus leurs propres vies sont menacées. Et si tout cela n’était qu’un piège visant à les supprimer ?

 

 

Mon résumé :

Hunter Alden est richissime homme d’affaire, a qui tout sourit. Lorsque son fils tombe en panne, c’est tout naturellement qu’il missionne son chauffeur pour aller le chercher. Cependant celui-ci tarde a se manifester. Il commence par lui envoyer un texto puis un autre mais son chauffeur persiste a garder le silence.
Une limousine est finalement retrouvée abandonné avec….une tete emballée dans un sac, avec pour unique mention écrites en lettres de sang HHA III.  Les inspecteurs Kylie et Zach sont rapidement missionnées par Cates pour s’occuper de cette affaire qui s’annoncer bien difficile.

Comme si, ce n’était pas suffisant pour les inspecteurs, le fils Alden, reste introuvable. Ce qui ne semble guère préoccuper Hubert Alden. Celui-ci, plutôt que de s’occuper du sort de son fils, prefere plutôt s’occuper de celui qu’il va réserver à sa bouteille de whisky.

Hubert Alden ne cherchant qu’a mettre des bâtons dans les roues dans le bon déroulement de l’enquête, les inspecteurs vont se tourner vers le maire, nouvellement élu, qui saurait peut-être faire pencher la balance auprès de Hunter Alden.

Mais après tout, et si tout cela n’était qu’une mascarade ? Ou se cache le fils Alden ? Si il a été enlevé pourquoi personne ne semble demander de rançon ?

 

Mon avis

Croyez moi si vous le voulez, mais pour ma part je dirais que ce roman est très très addictif. Une fois commencé on a du mal a s’arrêter ! Pour preuve, je l’ai lu en à peine 2 jours, là où en temps normal j’aurais plutôt mit entre 3 à  jours. L’intrigue est très bien ficelée et les auteurs ont réussi leur coup en semant des indices pour détourner l’attention et finalement on se faire avoir sans s’en rendre compte.

 


Couverture Genesis

 

Auteur : Karin Slaughter
Titre : Génésis
ISBN: 978-2-253-16888-1
663 pages – Edition le livre de poche

Karin Slaughter

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Géorgie , le 06/01/1971

Biographie :

N°1 sur les listes internationales de best-sellers, Karin Slaughter est l’un des auteurs les plus populaires et les plus plébiscités dans le monde. Publiée en 33 langues et vendue à plus de 30 millions d’exemplaires, elle est l’auteur de 15 romans, parmi lesquels figurent les séries « Grant County » et « Will Trent », « Blonde Hair, Blue Eyes » ainsi que le roman « Cop Town », qui a été nominé pour l’Edgar Award.

 

 

4eme de couverture

Quelqu’un l’a torturée… torturée longuement… Ancien médecin légiste, Sara Linton travaille depuis trois ans dans un grand hôpital, à Atlanta, où elle tente de se reconstruire. Quand arrive aux urgences une femme très grièvement blessée, elle se retrouve plongée dans le monde de la violence et de la terreur. L’inspecteur Will Trent du Georgia Bureau of Investigation et sa coéquipière Faith Mitchell comprennent rapidement que la patiente de Sara est la première victime d’un tueur sadique, d’un esprit dérangé. Pour mettre fin à cette abominable série de meurtres, seuls eux trois – avec leurs blessures et leurs secrets – seront en mesure d’analyser le cerveau d’un tel détraqué et de retrouver sa trace.

 

Mon résumé

Sara Linton, s’est installée depuis trois ans à Atlanta pour essayer d’oublier les moments atroces et très pénibles qu’elle vient de vivre. Médecin dans un grand hôpital de la ville, elle reconstruit peu à peu sa vie. Quand arrive aux urgences une femme très grièvement blessée, elle se retrouve plongée dans le monde de la violence et de la terreur.

L’inspecteur Will Trent du Georgia Bureau of Investigation, qui se trouve par hasard sur les lieux, va découvrir que la patiente de Sara est la première victime connue d’un tueur sadique, d’un esprit dérangé qui torture ses victimes. Retirant l’affaire à la police locale, Will et sa co-équipière Faith Mitchell vont traquer le tueur.

Pour mettre fin à cette abominable série de meurtres, seuls eux trois – avec leurs blessures et leurs secrets – seront en mesure d’analyser le cerveau d’un tel détraqué et de retrouver sa trace.

 

Mon avis

Le livre reste assez lent a démarrer. Pres de 200 pages avant qu’on commence un peu a en apprendre un peu plus sur les personnages principaux, plus presque autant avant que je sente un réel plaisir dans la lecture. Sara Linton veuve depuis trois ans ne se remet pas de la mort de son mari ancien policier. Une autre jeune femme disparaît et tous les ingrédients d’un thriller sont réunis. Le roman est parsemé de passages torride et de grandes scenes de violence, ce qui n’est pas pour me déplaire et ce sont ces petits ingrédients qui ont fait que j’ai poursuivis le livre jusqu’au dénouement final.


Auteur : Jerôme Loubry
Titre : Les chiens de Détroit
ISBN: 9782702161708
Calmann Levy

 

Je remercie NetGalley et Calmann Levy de leur confiance en me donnant l’occasion de lire ce livre

 

Jerome Loubry, ecrivain

 

Nationalité : France

Jérôme Loubry a travaillé à l’étranger et écrit des nouvelles tout en voyageant.
Dorénavant établit en Provence, il publie son premier roman, « Les chiens de Détroit », en 2017.
Il est actuellement installé à Valensole dans les Alpes-de-Haute-Provence.

 

 

 

 

4eme de couverture

Une plongée suffocante dans les entrailles pourrissantes de Détroit, devenue cimetière de buildings

Novembre 1998. Le corps du petit Peter est découvert dans un buisson de Palmer Park. Il a été enlevé, étranglé puis déposé là par un homme dont la taille, d’après les rares indices récoltés, dépasse de loin celle du commun des mortels. L’enquête est confiée à l’inspecteur Stan Mitchell, alias « le Molosse », un flic violent banni de Washington et exilé à Détroit, cette cité géante autrefois gloire de l’industrie automobile devenue capitale du crime et qui, chaque jour, sombre un peu plus dans la décrépitude.

Bientôt, les enlèvements se multiplient et la presse commence à parler du « Géant de brume », croquemitaine terrifiant dévoreur d’enfants décrit par un témoin anonyme. Et tandis que la police patine, que Détroit se vide de ses habitants, Mitchell s’enfonce toujours un peu plus dans l’alcool et la solitude… L’affaire lui est retirée puis, avec le temps, à l’image des maisons de Détroit, abandonnée et oubliée.

Quinze ans plus tard, les disparitions recommencent. Mitchell qui a réussi à arrêter la spirale de sa déchéance est à nouveau sur le coup, épaulé par une jeune inspectrice récemment arrivée en ville, Sarah Berkhamp. Grâce à eux, le tueur, un géant placide nommé Simon Duggan, est enfin arrêté. Deux enfants n’ont toujours pas été retrouvés et sont peut-être encore en vie. Mais Duggan refuse de coopérer. Il ne veut parler qu’à Sarah. Pour sauver les enfants, la jeune femme va devoir écouter les fantômes du passé…

 

Mon résumé

1998 : Des corps d’enfants sont retrouvés étranglés, l’enquête est confiée à Stan Michell surnommé « le Molosse », mais à court d’indices et de pistes celle-ci tourne en rond, seul un témoignage anonyme et les empreintes de pas gigantesques autours des cadavres donneront son nom à l’infâme tueur, le « Géant de brume » directement inspiré d’un conte terrifique raconté aux enfants le soir pour qu’ils soient sages…
2013 : Les disparitions recommencent, mais aucun corps pour étayer la thèse du meurtre.
Avec ces deux enquêteurs écorchés, entre un Stan, flic borderline, alcoolique, violent et obsessionnel et une Sarah timorée et limite schizophrène, tout se joue sur le fil du rasoir, et petit à petit l’atmosphère devient tendue et écrasante sous le poids des secrets qui se profilent, même les flics ont des choses à cacher…

 

Mon avis

L’auteur nous ballade pas mal en nous faisant tourner autour d’une légende urbaine et en y mêlant deux personnages principaux écorchés vifs, entre un flic anciennement violent avec la réputation d’être incompétent dans son boulot et sa nouvelle coéquipière hantée par des démons intérieurs (ces deux personnages sont un des points forts du roman), on ne s’ennuie pas.
Des enfants disparaissent, personne n’arrive à les retrouver, comment tout cela va t’il se terminer ?

une histoire troublante, enquête qui vous mène dans le passé méconnu et surtout une légende pour toile de fond…
Des personnages attachants mais une fin d’histoire déroutante mais qui laisse la porte ouverte à un deuxième tome..pourquoi pas