Articles Tagués ‘Couple’


Auteur : Flo Renard
Titre : Marathon men
ASIN: B01JEMA4H8
284 pages – Autoedition

 

L’auteur : 

Habite à Marseille et travaille dans une bibliothèque universitaire.
Aime la lecture, classique et contemporaine, et s’évade aussi bien au fil des pages cornées d’un vieux bouquin que l’écran d’une liseuse.
Aime le vent et déteste la pluie.
S’est mis à la course à pied depuis peu et ambitionne  de courir un jour le Marseille-Cassis.
Adore le chocolat, le vrai, le bon, le raffiné, et voit la Belgique comme une terre de fantasmes.
Cohabite avec un chien encore plus fainéant et hédoniste qu’un chat.

 

 

4eme de couverture :

Bordelais nouvellement installé à Marseille, Gwenaël est un garçon effacé qui manque d’assurance. À l’inverse, Victorien, paraplégique de naissance, possède une personnalité rayonnante et une inexhaustible volonté. Ils n’ont rien en commun si ce n’est une égale malchance qui les poursuit depuis l’enfance, et dont ils s’accommodent avec plus ou moins de philosophie.
C’est la course qui va les rapprocher de manière très inattendue, et cette rencontre pour le moins percutante va définitivement changer leur vie…
Comédie romantico-sportive traitant d’affirmation de soi, d’acceptation de l’autre et de respect des différences, Marathon men est avant tout une romance entre deux jeunes hommes, résolument orientée humour… et course de fond !

 

 

Mon résumé

Gwenael est bordelais et sa copine vient de le quitter, cerise sur le gâteau, il vient de perdre son emploi. Son père lui propose un job en remplacement sur Marseille. Il en profite donc pour quitter la région et aller s’installer dans le sud.

C’est une rencontre plutôt percutante et inattendue dans les rues de Marseille qui va rapprocher Gwenaël et Victorien, jeune homme rayonnant et croquant la vie à pleines dents malgré son handicap…

Page après page, nous suivons l’évolution de leur relation, relation amicale qui se transforme en amour intense, en complicité évidente. Chacun sera pour l’autre un soutien, une force, une acceptation de soi. Leur particularité commune devient une force, une philosophie qu’ils prennent avec objectivité et humour. L’évolution de nos deux héros est indéniable, autant que leur malchance. Mais, comme ils le disent, deux négatifs ajoutés font un positif ! Alors ils ne désespèrent jamais et prennent les aléas de la vie comme ils viennent.

Gwenaël est un jeune homme qui doute, qui se mésestime. Sa relation avec sa famille est plus que cahoteuse et sa relation avec Victorien ne va en rien arranger les choses. Ce lien qui l’uni à celui-ci va lui donner confiance, va le booster dans son envie de faire mieux, faire plus, surtout dans cet objectif commun de marathon.

Victorien est une personne lumineuse qui vit en osmose avec son handicap, une personne qui ne baisse jamais les bras et qui prend la vie comme elle vient, avec ses hauts et ses bas. Son amour pour Gwenaël est beau, il va le soutenir, mais il trouvera aussi en Gwenaël un soutien moral, une personne sur laquelle il peut compter et se lâcher, lâcher prise, mais aussi un compagnon de course, autant qu’un compagnon de vie.

 

 

Mon avis

Mon 2eme roman d’affilé sur le thème de l’homosexualité. Non,non je n’ai pas choisi de lire 2 livres d’affilé sur le même thème, il s’agit vraiment d’un pur hasard. L’écriture est douce, qui fait qu’on ne s’ennuie pas un seul instant. Pour ma part, je ne me suis tellement pas ennuyé que j’ai pas pu le lâcher, je l’ai lu hyper rapidement. Un très bon roman, qui fait comprendre que même les auto-édité peuvent être assimilés à des best-sellers. A certains moment du livre, on comprend comment il est dur de vivre en étant homosexuel car cela porte encore un mauvaise image auprès de la société, et c’est dommage. Devoir dire a son entourage ses penchant sexuels et que cela soit mal perçu peut représenter un repli sur soit même voir même amener à couper les ponts.

 


Afficher l'image d'origine

 

Auteur : M.J.Arlidge
Titre : Am stram gram
 362 pages

M. J. ArlidgeRomancier et scénariste, M. (Matthew) J. Arlidge travaille pour la télévision depuis quinze ans.
Il dirige également une maison de production indépendante, qui a permis à plusieurs séries policières de voir le jour.
Am stram gram (Eeny Meeny, 2014) est son premier roman.

 

 

4eme de couverture :

Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d’une piscine vide dont il est impossible de s’échapper. À côté d’eux, un pistolet chargé d’une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : « Vous devez tuer pour vivre. » Les jours passent, la faim et la soif s’intensifient, l’angoisse monte. Jusqu’à l’issue fatale.

Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n’avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire.

Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne ; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe.

Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.

 

Mon avis

Tout commence avec deux étudiants coincés au fond d’une piscine qui reçoivent un appel leur disant qu’ils ne pourront en sortir qu’une fois que l’un d’eux aura tué l’autre avec le pistolet laissé entre eux,….ou alors ne rien faire et mourir lamentablement. Nous nous trouvons donc d’emblée dan l’action et dans le vif du sujet. Nous ne connaissons encore rien des personnages mais nous savons que ce choix s’avèrera impossible.
Les chapitres sont tous très courts (3-4 pages) et on passe sans cesse de l’enquête aux victimes, sans aucun temps mort. Nous suivons l’enquête avec suspense mais aussi le calvaire de ces victimes dont on sait la fin inéluctable.
Helen Grace est la policière qui s’occupe de cette affaire, mais va vite devenir aussi, commissaire par interim quand on sait le role qu’a joué l’ex-commissaire. Elle est loin d’être une héroïne parfaite mais, on comprend les choix qu’elle fait.

Mark, est l’un de ses coéquipiers et va prendre une part importante dans la vie de Helen Grace.
Je n’ai eu personnellement aucune idée de ce que la fin allait pouvoir nous réserver et je dois dire qu’elle m’a surprise.

L’auteur arrive a bien tourner l’histoire, de sorte, qu’on pense a une « taupe » et puis finalement….


Capture du 2015-10-11 09:11:17

 

Auteur : Paula Hawkins
Titre : La fille du train
ISBN : 978-2-35584-357-0
EPUB

Paula Hawkins (née le 26 août 1972) est une écrivaine britannique, connue pour son roman La Fille du train.Née au Zimbabwe, Paula Hawkins a vécu en France et en Belgique. Elle vit à Londres depuis 1989.
Elle a été journaliste pendant quinze ans avant de se consacrer à l’écriture de fiction.
« La Fille du train » (The Girl on the Train, 2015) est son premier roman. Les droits d’adaptation ont été achetés par Steven Spielberg avant même sa parution.

4eme de couverture

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

 

On se met dans l’ambiance si particulière de La fille du train assez rapidement. On ne peut pas dire que l’on s’attache facilement à Rachel, non. La jeune femme est en train de sombrer, patauge à fond et n’essaye pas vraiment de s’en sortir. Incapable de se remettre d’une rupture qui a eu lieu quelques années plus tôt, elle se noie dans l’alcool, harcèle son ex-mari, se met dans des situations extrêmement gênantes et presque déstabilisantes. Et pourtant, on a envie qu’elle s’en sorte. On a envie de lui tendre la main, de l’aider à se relever et de l’accompagner dans cette enquête où personne ne la croit, parce qu’elle boit, parce qu’elle n’est pas un témoin fiable.

Personnellement j’ai eu beaucoup de mal a suivre car a chaque chapitre on change de narrateur et ça a de quoi agacer plus d’un lecteur…en tout cas moi ça a tendance a m’agacer.

Pour résumer, j’ai du mal a comprendre pourquoi on en a tellement entendu parler de ce livre car je l’ai pas trouvé si bien que ca.