Archives de août, 2018


33950239Auteur : Christophe Lambert
Titre : Soul Breakers
ISBN: 9782747-064842
588 pages – Format papier – Bayard

 

Christophe Lambert

 

Né à Chatenay-Malabry
Christophe Lambert est un écrivain français.

Auteur très prolifique, il a près d’une trentaine de romans touchant à tous les genres : policier, aventure, fantasy, science-fiction.

Après des études de cinéma, il réalise plusieurs courts métrages puis travaille pour la télévision (notamment pour M6) et dirige des ateliers vidéos dans les collèges. Depuis quelques années, il ne vit cependant plus que de sa plume et réussit à publier environ trois romans par an.

 

 

 

 

4eme de couverture

Un voyage épique dans l’Amérique des années 1930, et au cœur des âmes humaines.

USA, 1936.
Des milliers d’Américains victimes de la Grande Dépression sont jetés sur les routes. Parmi eux, Teddy Gentliz, 15 ans, voyage vers la Californie avec son père et sa petite sœur Amy dans l’espoir d’une vie meilleure.
En Arizona, la famille croise un étrange groupe de forains et son charismatique chef : Sirius Huntington. Après avoir assisté à leur spectacle, Amy est soudainement frappée par un mal mystérieux…
Persuadé que les forains ont volé l’âme de sa sœur, Teddy se lance à leur poursuite à travers les États-Unis.
Sur son chemin, entre dangers, amitiés, amour et magie, l’adolescent va faire l’apprentissage intense du monde. Et de lui-même.

 

 

Mon résumé :

Voici donc la selection du mois de Juillet de ma Box Once Upon A Book et je dois dire que je l’ai sorti de ma PAL bien plus vite que je ne pensais et c’est pas désagréable. Ici c’est d’un livre jeunne dont on va parler, et je dois dire que pour un jeunesse un pavé de 580 pages, ca me surprend, mais bon !

Nous debarquons dans ce livre, en plein milieu des années 30. S’etant fait expropriés leur ferme de l’arizona, Teddy et sa soeur Amy accompagne leur pere, afin de faire route vers la californie. Ils caresse le doux espoir de pouvoir y trouver du travail et de quoi avoir un toit sur leur tete. Durant leur escapade, ils s’arrete dans un campement pour recuperer un peu. C’est alors qu’arrive un cirque avec à sa tête Sirius Huntington et son étrange équipée : un nain, un colosse, une voyante et un ours. Intrigués et curieux, Teddy et Amy assistent à la représentation du soir.

Le lendemain, Amy, tombe gravement malade. Elle ne bouge plus et ne parle plus. Pour Teddy, tout est clair, Sa soeur à été ensorcelée.
Teddy retourne sur le lieu de campement du cirque mais celui-ci a disparu. Pour le jeune homme, il n’y a plus qu’une seule solution : partir à la recherche de Sirius et récupérer l’âme de sa petite sœur.

On va suivre Teddy à travers le pays et suivre avec lui les bons et les mauvais cotés de cette vie dans les années 30.  Du désert de l’Arizona à la Nouvelle-Orléans, en passant par El Paso et Chicago. On va vite remarquer que la crise à frapper de plein fouet tout les Etats-unis sans exception : Agriculteurs ruinés et expropriés, ouvriers exploités dans les mines de charbons et qui se mettent en grève, xénophobie….

Malgré cela, on trouve tout de meme de bon coté , avec Teddy qui va partir à la découverte des premiers amours.

 

 

Mon avis

Ce roman, a beau avoir été mis dans la case jeunesse, J’aurais peut-être un peu de mal a le mettre entre les mains d’une personne pas encore suffisamment  mise au fait des différents themes abordés. Je pense que ce livre est plus réservé a des adolescent de 15-16 ans minimum pas avant.

Un très bon roman d’aventure qui permet d’en apprendre beaucoup sur la vie des années 30, aux états-Unis.

 

Publicités

 

 

 

NetGalley

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Stephe King & Richard Chizmar
Titre : Gwendy et la boite à boutons
ISBN: 9782253236726
124 pages – Format numérique – Le livre de poche

 

4eme de couverture

Trois chemins permettent de gagner Castle View depuis la ville de Castle Rock : la Route 117, Pleasant Road et les Marches des suicidés. Comme tous les jours de cet été 1974, la jeune Gwendy Peterson a choisi les marches maintenues par des barres de fer solides qui font en zigzag l’ascension du flanc de la falaise. Lorsqu’elle arrive au sommet, un inconnu affublé d’un petit chapeau noir l’interpelle puis lui offre un drôle de cadeau : une boîte munie de deux manettes et sur laquelle sont disposés huit boutons de différentes couleurs.

La vie de Gwendy va changer. Mais le veut-elle vraiment ? Et, surtout, sera-t-elle prête, le moment venu, à en payer le prix ? Tout cadeau n’a-t-il pas sa contrepartie ?

 

Mon résumé

Gwendy est une petite fille prudente, elle a bien retenu la leçon de maman :  » ne parle pas aux inconnus et passe ton chemin ». Gwendy a plusieurs chemins possible pour rentrer chez elle. Elle pourrait prendre un chemin different cette fois, mais Gwendy prefere la prudence. Comme tout les jours elle va emprunter Les marches des suicidés. Mais au fait, pourquoi un tel nom ? Serais-ce que certains se sont suicidés en prenant se chemin, qui semble-t-il borde une falaise ? Toujours est-il que ce n’est pas ce qui va dissuader notre petite Gwendy. Lorsqu’elle arrive au sommet, elle va tomber sur un homme avec un petite chapeau Noir qui va l’interpeller. Elle va bien chercher à l’éviter, mais elle sais désormais très bien que c’est trop tard et va devoir bien malgré elle l’aborder.

Apres quelques instants, elle va tenter de s’échapper en répétant ce que maman lui a dit plusieurs fois mais cet inconnu parvient à lui faire comprendre que maintenant qu’ils ont entamé la conversation, ils ne sont plus vraiment inconnu non !! Cet individu plus qu’étrange et qui malgré tout reste un inconnu va tout de meme lui offrir un cadeau : Une boite à boutons. Cette boite possède 2 manette ainsi que plusieurs boutons. Cet inconnu, qui s’avère, se prénommer M.Farris va lui apprendre la fonction de chaque bouton. Elle va vite comprendre que de temps en temps et en utilisant certains boutons elle va pouvoir une piece d’or datée de 1891, rien que ça et également un chocolat.

Mais finalement, à quoi va bien pouvoir lui servir cette boite à boutons ? Va-t-elle vraiment lui changer la vie ?

C’est ce que va devoir découvrir Gwendy.

 

Mon avis

Tout comme on a pu le découvrir avec la trilogie M.Mercedes, Stephen King nous offre une autre facette de sa plume. J’avoue que c’est pas désagréable. J’ai eu un grand plaisir avec ce roman. Enfin !! Roman c’est beaucoup dire quand on sait qu’on est plus habitué à de beau pavés de 600-700 pages et que la on frôle a peine 124 pages (ebook).

Ayant eu connaissance qu’il ne s’agit que d’un prologue à son prochain roman, vous devez bien vous douter que j’ai hate de le découvrir.

 

C’est lundi, que lisez-vous ?

Publié: 27 août 2018 par lecturedesam dans Aventure, Fantastique, Thriller

« C’est lundi que lisez-vous » est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Repris par Mallou puis Galleane.

Le principe de ce rendez-vous est simple, il faut répondre à trois questions chaque lundi:

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment?
Que vais-je lire ensuite ?

 

 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :
Je voulais le lire depuis plusieurs mois et l’ayant encore vu dernièrement sur le blog de saveur littéraire, je ne pouvais plus faire l’impasse et je l’ai donc emprunté à la bibliothèque.

Couverture La disparue de la cabine n° 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un blogueur se doit de faire des critiques positives mais aussi negatives lorsqu’un livre à deplut :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce que je suis en train de lire :
Je l’ai commencé hier soir mais reste assez maigre (124 pages format eBook) donc il risque d’être lu assez rapidement. J’ai ouïe dire que ce serait un prologue au prochain roman de Stephen King, autant vous dire que j’ai hate….

 

 

Ce que je vais lire ensuite : 
Je pense que je vais repasser au bon cher papier et opter pour un livre que j’ai recu dans la box mensuelle et qui semble prometteur tout en me changeant de l’ordinaire.

Résultat de recherche d'images pour "soul breakers"

 

 

 

Et vous, comment se présente ce début de semaine livresque ?

 


Couverture La disparue de la cabine n° 10

Auteur : Ruth Ware
Titre : La disparue de la cabine n°10
ISBN: 9782265-116504
428 pages – Edition Fleuve noir

 

 

4eme de couverture

Être témoin d’un meurtre ? Angoissant. Que personne ne vous croie ? Terrifiant.
Une semaine à bord d’un yacht luxueux, à sillonner les eaux de Grand Nord avec seulement une poignée de passagers. Pour Laura Blacklock, journaliste pour un magazine de voyage, difficile de rêver d’une meilleure occasion de s’éloigner au plus vite de la capitale anglaise. D’ailleurs, le départ tient toutes ses promesses : le ciel est clair, la mer est calme et les invités très sélects de l’Aurora rivalisent de jovialité. Le champagne coule à flot, les conversations ne manquent pas de piquant et la cabine est un véritable paradis sur l’eau.
Mais dès le premier soir, le vent tourne. Laura, réveillée en pleine nuit, voit la passagère de la cabine adjacente être passée par-dessus bord.
Le problème ? Aucun voyageur, aucun membre de l’équipage ne manque à l’appel. L’Aurora poursuit sa route comme si de rien n’était.
Le drame ? Laura sait qu’elle ne s’est pas trompée. Ce qui fait d’elle l’unique témoin d’un meurtre, dont l’auteur se trouve toujours à bord…

 

 

Mon résumé

Un roman que je voulais lire depuis plusieurs mois. Finalement je l’ai emprunté à la bibliothèque de ma ville.
Deja quand on voit le titre on se doute qu’on va parler de disparition, mais quand à un moment on semble dire que Laura Blacklock,le personnage principal, a disparu, alors qu’on suit ses moindres faits et geste sur ce yacht, on se pose des questions. On à envie de dire, mais non elle a pas disparu, elle est la.
Puis quand, elle-meme voudrait faire croire a tout le monde que quelqu’un à été jeté à l’eau (un meurtre ? ) personne ne l’a croit. D’autant plus que tout le monde semble present. Voudrait-on la rendre folle ?
Si ca s’arrêtait la, on pourrais se dire ? bon !! elle a bu, elle prend en plus des anti-dépresseurs. Ce n’est rien ! Mais quand plusieurs de ses effets personnels disparaissent, la, ça dépasse l’entendement non ?
Laura Blacklock, est bien décidé à ne pas se laisser faire!. Elle va mener sa petite enquête et compte bien découvrir le fin mot de cette sordide histoire.

 

Mon avis

Un tres bon huis clos, dont je ressors plus que satisfait. J’aime bien ces histoires ou durant une grande partie du roman, on a pas du tout l’impression d’avoir affaire à un roman thriller / suspense. Tout se joue sur la toute derniere partie du livre.

Pour allez plus loin, je vous invite à visiter le site de l’auteur ICI

Alma

Publié: 22 août 2018 par lecturedesam dans Aventure, Historique
Tags:, , , , ,

{Maison d’édition} Taurnada.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Cizia Zykë
Titre : Alma
ISBN: 9782372580472
148 pages – EPUB – Edition Taurnada
Date de sortie officielle : 6 septembre 2018

 

4eme de couverture :

Une petite fille aux étranges pouvoirs vient au monde. Autour d’elle, c’est l’Espagne du Moyen Âge, barbare autant que raffinée, à la fois religieuse et brutale, où la reine Isabelle la Catholique s’apprête à chasser tous les Juifs du royaume.
La petite Alma, celle qui parle avec Dieu, deviendra-t-elle le guide dont son peuple a besoin, ou bien sera-t-elle comme tant d’autres balayée par le vent mauvais de l’Histoire ?
L’épouvante se mêle au comique, les destins s’enchevêtrent, aussi grandioses que pitoyables, dans un récit haletant, à la force d’une légende.

 

 

Mon résumé : 

Il s’agit d’un service Presse qui m’a été proposé par mon partenaire Taurnada. On sort complètement du cadre que vous avez l’habitude de voir avec mes lectures. Ici point de meurtres et donc du polar / Thriller, on passerais plus sur un roman historique.

L’histoire se déroule en 1492, dans une Espagne du moyen age, donc ce que j’appellerais la période baroque. On découvre Alma, une petite fille qui a perdu ses parents. Au fur et à mesure de la lecture, on apprend qu’elle à la capacité de parler à Dieu. Cette Espagne du moyen age est largement baigné par l’église et la religion, aussi s’apercevoir qu’une petite fille parle à Dieu pourrait passer inaperçu.

Il s’agit  ici du 2eme ouvrage de l’auteur que je lis. Pour ma premiere lecture, j’avais été contrains à l’abandon, ici j’ai réussi à aller jusqu’au bout. Cela permis de me dire que décidément ce n’est pas un auteur pour moi, l’écriture de l’auteur étant assez particulière, je pense que ce sera mon dernier.

 

Mon avis

Comme je l’évoquais précédemment, je pense que ce n’est pas un auteur pour moi. JE ne pense pas que le fait que ce soit un roman dit historique y soit pour quelque chose mais toujours est-il que j’accroche pas. J’ai déjà réussi à lire plusieurs romans « Classique » et cela c’est bien passé, mais la vraiment ce sera un grand non.

Non, que je cherche a vous dissuader de lire ce livre ou d’éventuels autres ouvrages de l’auteur. Peut-être que pour vous ça fera tilt.

Sur ce je ne peux que vous souhaiter d’agréables futures lectures.


Résultat de recherche d'images pour "C'est lundi, que lisez-vous ?"

« C’est lundi que lisez-vous » est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Repris par Mallou puis Galleane.

Le principe de ce rendez-vous est simple, il faut répondre à trois questions chaque lundi:

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment?
Que vais-je lire ensuite ?

 

 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

  Résultat de recherche d'images pour "l'armenien roman"

 

 

 

Ce que je suis en train de lire :

 

 

 

 

 

 

 

Une petite video pour ceux que ca interesse :

 

 

 

Ce que je vais lire ensuite : 

Résultat de recherche d'images pour "la disparue de la cabine n°10"

 

 

Et vous, comment se présente ce début de semaine livresque ?

L’armenien

Publié: 17 août 2018 par lecturedesam dans Policier / Polar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Carl Pineau
Titre : L’armenien
ISBN: 1026210844
330 pages – Edition Librinova

 

Résultat de recherche d'images pour "Carl Pineau"

Né en 1966 à Nantes, Carl Pineau commence très tôt à fréquenter la vie nocturne de la ville. Il est encore très jeune lorsqu’une discothèque l’embauche pour animer les soirées. Les lieux cultes nantais deviennent pour lui un univers familier.

À 21 ans, il quitte le monde de la nuit et reprend des études.

Nantes est sa ville de cœur. Pourtant, en 2009, avec sa femme et ses deux enfants, il décide d’aller voir le monde pour réaliser son rêve d’enfant: écrire.

source : carlpineau.fr

 

 

4eme de couverture

Nantes, 22 décembre 1989. Le cadavre de Luc Kazian, dit l’Arménien, est retrouvé en forêt de Touffou. Deux balles dans la peau, et partiellement calciné. Assassiné. Mais par qui ? Et qui était vraiment l’Arménien ? Un trafiquant de cocaïne notoire, comme le pense l’inspecteur Greg Brandt ? Un copain de virées avec qui écumer les bars et draguer les filles, comme le voit Bertrand, son premier et peut-être unique ami ? Un jeune orphelin perturbé, mais à l’esprit vif et éveillé, comme le pense Françoise de Juignain, sa psychiatre depuis 20 ans ? Rien de tout cela, bien plus encore ? De la place Graslin au Château des ducs de Bretagne, des ruelles pavées du quartier Bouffay aux bars à hôtesses du quai de la Fosse, des pavillons de Rezé aux immeubles de Bellevue, Carl Pineau fait revivre dans ce thriller noir toute l’ambiance du Nantes des années 80.

 

 

Mon résumé : 

Cela faisait quelque temps que je voyais la promotion pour ce livre, aussi je me suis décidé. J’ai profité de l’opportunité que m’a offerte le site Simplement pro, pour le découvrir.

Le roman nous plonge en plein coeur de Nantes, au milieu des années 80. L’histoire va alterner la vision de 2 principaux protagonistes : Françoise la psychologue et Bertrand le coiffeur.

Autant, on aurait presque plaisir à suivre le récit de la psychologue, tant on sens bien le ton sérieux du dialogue. Autant lorsqu’on est sur un chapitre ou il est question de Bertrand, on est un peu dérouté par le discours, narré de façon presque trop cru. Pourquoi avoir créé des personnages dans de tels extremes ? Est-ce voulu ?

Concernant le scenario, je l’ai trouvé particulièrement bien construit et pour avoir connu Nantes pendant plusieurs années j’ai tout de suite reconnu les differences descriptions faites ( Quartier du Bouffay, 50 otages,….) . En revanche, .cela m’a fait aussi découvrir les ambiances de soirées avec l’alcool qui coule à flot, presque trop j’oserais dire, les « bastons »…. De meme on retrouve, pour ceux qui sont de cette époque, quelques references: voiture, coupe, vêtements, musique….

Comme dans toutes soirées bien arrosées, ca peut pour certains finir au plumard. J’ai trouvée cette partie également cru par moment et l’ai aussi ressenti un peu trop présente. Plusieurs passages évoquant des ébats sexuels. En évoquer, pourquoi pas, mais là, j’ai trouvé qu’il y avait un peu surdosage, mais ce n’est que mon impression.

 

Mon avis

J’espère que vous l’aurez compris, ce n’est pas un livre sur lequel il faut faire l’impasse loin de la, mais n’exagérons rien tout de meme. Mon classement pour ce polar serait un petit 3/5 quand meme. Disons qu’il reste dans un livre que je pourrais recommander pour des adeptes du genre.