La maison ou je suis mort autrefois

Publié: 19 septembre 2016 par lecturedesam dans Policier / Polar
Tags:, , ,

Afficher l'image d'origine

Auteur : Keigo Higashino
Titre : La maison ou je suis mort autrefois
ISBN : 9791028100773
Editeur Actes Sud

 

 

né le 4 février 1958 à Osaka sur l’île d’Honshū, est un écrivain japonais, auteur de romans policiers.

Il commence par travailler comme ingénieur à Nippon Denso Co. (devenu DENSO). En 1985, à l’âge de 27 ans, il gagne le prix littéraire japonais Edogawa Ranpo pour son romanHōkago (Après l’école).

À la suite de cela, il quitte son travail et commence une carrière d’écrivain à  Tokyo

source : wikipedia

 

 

4eme de couverture :

Sayaka Kurahashi va mal. Mariée à un homme d’affaires absent, mère d’une fillette de trois ans qu’elle maltraite, elle a déjà tenté de mettre fin à ses jours. Et puis il y a cette étonnante amnésie : elle n’a aucun souvenir avant l’âge de cinq ans. Plus étrange encore, les albums de famille ne renferment aucune photo d’elle au berceau, faisant ses premiers pas… Quand, à la mort de son père, elle reçoit une enveloppe contenant une énigmatique clef à tête de lion et un plan sommaire conduisant à une bâtisse isolée dans les montagnes, elle se dit que la maison recèle peut-être le secret de son mal-être. Elle demande à son ancien petit ami de l’y accompagner. Ils découvrent une construction apparemment abandonnée. L’entrée a été condamnée. Toutes les horloges sont arrêtées à la même heure. Dans une chambre d’enfant, ils trouvent le journal intime d’un petit garçon et comprennent peu à peu que cette inquiétante demeure a été le théâtre d’événements tragiques… Keigo Higashino compose avec La Maison où je suis mort autrefois un roman étrange et obsédant. D’une écriture froide, sereine et lugubre comme la mort, il explore calmement les lancinantes lacunes de notre mémoire, la matière noire de nos vies, la part de mort déjà en nous.

 

Résumé  : 

Une jeune femme névrosée demande à son ancien amant de bien vouloir l’aider pour accomplir une mission léguée par son père : se rendre dans une maison a priori inconnue et abandonnée depuis plus de vingt ans. Elle sent confusément qu’il s’agit en fait pour elle d’un retour sur son propre passé qui permettrait peut-être d’expliquer les troubles qui la minent : une amnésie totale de sa petite enfance génératrice de questions existentielles oppressantes et des pulsions agressives et violentes envers elle-même mais aussi sa petite fille qui a dû pour cette raison lui être retirée. Une immersion dans une maison lugubre où toutes les horloges se sont arrêtées à la même heure … La recherche d’indices se combine avec la recherche des souvenirs dans l’esprit de Sayaka qui cherche à comprendre.

On est absorbé par cette histoire, on chemine pas à pas, prudemment, avec angoisse …

Le style est froid, concis, l’enquête allie avec brio rationnel et émotion : un exercice difficile et brillamment réussi par l’auteur.

 

 

Mon avis

Je reste assez mitigé sur ce livre, qui m’a été envoyé dans ma box livre-mois. Je pense que ça doit être lié au style d’écriture de cet auteur japonais, çà m’a un peu gâché la découverte de cette histoire de famille et en meme temps le fait de faire des découvertes dans cette maison qui reste tout de même un mystere. En meme temps, la box est aussi l’ocassion de faire de bonnes, comme de mauvaise découverte.

 

Publicités
commentaires
  1. J’ai adoré ce livre 🙂 dommage que tu sois passé à côté !

    J'aime

  2. […] La maison ou je suis mort autrefois […]

    J'aime