Glacé

Publié: 6 août 2016 dans Thriller
Tags:, , , ,

Afficher l'image d'origine

Auteur : Bernard Minier
Titre : Glacé
ISBN : 9782266219976
725 pages – pocket

Bernard MinierNationalité : France
Né(e) à : Béziers (Hérault) , le 26/08/1960

Bernard Minier est un auteur français de roman policier.

Bernard Minier grandit à Montréjeau au pied des Pyrénées, puis fait des études à Tarbes et à Toulouse avant de séjourner un an en Espagne. Il vit aujourd’hui dans l’Essonne en Île-de-France

Il fait d’abord carrière dans l’administration des douanes tout en participant à des concours de nouvelles avant de franchir le pas et d’envoyer un manuscrit de roman à des éditeurs.

source : babelio

 

4eme de couverture

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise.
Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.
Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.

 

Mon résumé

Martin Servaz aime les citations latines qu’il sort à tout bout de champ, si bien qu’on en vient à se demander s’il n’a pas un recueil sous le bras. Obsédé par la justice, il n’hésite pas à passer des nuits entières à travailler, mais quand on l’appelle dans les Pyrénées pour le meurtre sanglant d’un cheval découvert au petit matin par les ouvriers d’une centrale hydroélectrique, le commandant ne prend pas l’affaire très au sérieux et préfère rentrer élucider une autre affaire en cours.

Ce même jour, une jeune psychologue, Diane Berg, prend son premier poste dans un centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.

Il apprendra lors de l’enquête préliminaire que ce cheval appartient à Eric Lombard, PDG d’une puissante multinationale, issu d’une famille très influente de la région ayant des relations étroites avec des personnes elles-mêmes influentes. Évidemment, la procureur en charge de l’affaire place une priorité absolue pour cet événement. Martin Servaz, en collaboration avec la magnifique Irène Ziegler, de la gendarmerie, va devoir faire le poing dans la poche pour tenter d’éclaircir cette histoire peu commune.

Plusieurs faits vont s’enchaîner assez rapidement. D’une part, alors que le commandant Servaz se pose encore la question sur la légitimité de cette enquête, un fait nouveau va redonner un certain dynamisme à l’enquête.L’ADN d’un tueur en série croupissant dans un établissement psychiatrique de la région a été retrouvée sur les lieux du crime. D’autres parts, un nouveau corps sera découvert lors de l’enquête, pendu à un pont, mais cette fois-ci le corps d’un homme nu, ou presque. La méthode utilisée ne laisse aucun doute aux enquêteurs, la souffrance était essentielle dans cette mise en scène. Qui dit souffrance dit vengeance?

 

Mon avis

Un très bon livre. J’ai été attiré par ce livre tout d’abord en lisant le synopsis et le fait de retrouver un cheval décapite ne pouvaient que retenir mon attention et vouloir lire le livre. J’ai toutefois par moment été un peu perdu, ce n’est bien sur du qu’au fait que j’ai comme bien souvent du interrompre ma lecture pour des raisons diverses et variées. La fin du roman et l’issue de l’enquête m’a un peu chamboulé mais ça reste du grand art. Je vous le recommande et met d’office 5 étoiles.

Publicités
commentaires
  1. J’ai du mal avec cet auteur moi 😦 manque un peu d’action à mon goût!

    J'aime