Block 46

Publié: 12 février 2016 dans Thriller
Tags:, , ,

Afficher l'image d'origine

 

Auteur : Johana Gustawsson
Titre : Block 46
ISBN : 9782352949091
336 pages

Afficher l'image d'origine

Née en 1978 à Marseille et diplômée de Sciences Politiques, Johana Gustawsson a été journaliste pour la télévision et la presse française.

Elle vit aujourd’hui à Londres, en Angleterre.

 

 

 

4eme de couverture : 

Falkenberg, Suède. Le commissaire Bergström découvre le cadavre terriblement mutilé d’une femme.
Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d’enfants dont les corps présentent les mêmes blessures que la victime suédoise : trachée sectionnée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras.
Étrange serial killer, qui change de lieu de chasse et de type de proie…
En Suède, Emily retrouve une vieille connaissance : Alexis Castells, une écrivaine pleine de charme spécialisée dans les tueurs en série.
Ensemble, ces deux personnalités discordantes se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu’aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944.

 

Mon resumé :

Tout commence par la découverte en Suède d’un corps mortellement mutilé découvert par le commissaire Bergstrom. A Londres, un profileur, travaille sur la découverte de corps d’enfants qui semblent présenter les mêmes mutilations. De fils en aiguilles les indices vont les amener à remonter bien loin dans le temps, près de 60 ans en arrière à l’époque des camps de concentrations.

Ils finissent par découvrir qu’un déporté avait réussi à intégrer le Block 46. Un bâtiment où un professeur menait des expériences supposées médicales. Le déporté va au fil du temps se rapprocher du professeur et commencer à apprécier son travail….

 

Mon avis

Même si il est vrai, que certains passages sont morbides et désagréables, quand on arrive à s’imaginer la vie que cela a du être dans les camps de concentration, le roman n’en reste pas moins extra-ordinaire et se lit très facilement. Pour ma part je tournais les pages sans m’en rendre compte. Je clôturerais cet article en disant : Âmes sensibles, s’abstenir !

Publicités

Les commentaires sont fermés.